Médicaments - Génériques : les recommandations de l’Académie

MédicamentsGénériques : les recommandations de l’Académie

22.02.2012

L’Académie de médecine vient d’adopter un rapport sur la place des génériques dans la prescription. Occasion pour les universitaires de la rue Bonaparte de se pencher sur l’utilisation de ces copies de médicaments et de formuler cinq recommandations pour encourager médecins, pharmaciens, mais aussi patients à leur bon usage.

  • Génériques : les recommandations de l’Académie - 1

    Génériques : les recommandations de l’Académie

À l’ère du P4P, la prescription de médicaments génériques à la place des princeps est un des items le plus payant pour le généraliste. Un taux élevé de prescription de ces médicaments moins chers permet en effet au médecin de totaliser un maximum de 290 points et d’empocher, au passage, environ 2 000 euros par an, pour une patientèle moyenne de 800 patients médecin traitant (MT). Un coup de pouce non négligeable censé inciter les généralistes à en prescrire plus, cela dans un souci de maîtrise des dépenses de santé. Cette nouvelle donne n’a pas échappée à l’Académie de médecine, dont le dernier rapport alerte néanmoins sur les risques d’une politique du tout générique.

Question de définition d’abord. L’institution est formelle. Le médicament générique n’est pas « la copie conforme de la spécialité princeps », écrit noir sur blanc le Pr Charles-Joël Menkès, auteur du rapport sur la prescription des génériques qui vient d’être adopté par l’institution. Le générique, censé faire baisser les dépenses de santé et faciliter l’accès aux soins de populations économiquement défavorisées, n’est pas non plus «la copie conforme de la spécialité référente dans sa présentation». Autrement dit, leurs différentes présentations, des comprimés à la place de gélules par exemple, peuvent désorienter les personnes âgées ou les malades en traitement chronique, selon l’Académie. En outre, le changement d’excipient peut provoquer des « réactions allergiques plus ou moins sévères, notamment avec les formes orales des antibiotiques à usage pédiatrique », note l’institution de la rue Bonaparte. « Une moindre efficacité et un délai d’action plus long » ont été observés pour certains génériques d’antibiotiques, constate son rapport.

5 propositions sur le générique

Après avoir dressé ce constat, à la fin de son rapport, l’Académie formule cinq recommandations. Elle souhaite, d’abord que la présentation du générique soit le plus proche possible de celle du princeps, en évitant les excipients à effet notoire. Concernant les ordonnances, l’institution souhaite que le nom du principe actif du médicament apparaisse sur les prescriptions : celles-ci devraient être obligatoirement rédigées en Dénomination Commune Internationale (DCI), selon elle. Elle précise néanmoins que la mention non-substituable (NS) doit être respectée par le pharmacien. Le maintien et le respect de cette mention est « indispensable à une médecine personnalisée tenant compte des situations à risque » précise le rapport.

Dans ce document, l’Académie de médecine s’intéresse aussi aux génériques fabriqués à l’étranger. Le contrôle régulier des médicaments génériques importés doit « être de règle », demande t-elle. Concernant les patients, elle suggère que les malades en traitement chronique puissent se procurer « toujours la même marque de générique ». Et elle demande que les pharmaciens « disposent de l’ensemble des génériques sur le marché », ce qui est loin d’être le cas actuellement. Selon les auteurs du rapport, les génériques à marge thérapeutique étroite, dont la dose minimale efficace est très proche de la dose maximale tolérable par l’organisme, méritent d’être « utilisés avec prudence ». Enfin, l’Académie préconise d’« appliquer les règles de la pharmacovigilance et de la pharmacoépidémiologie aux médicaments génériques » comme elles le sont déjà pour les princeps.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...15

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 10

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir