Justice - 15 ans pour le généraliste de Dommartin-lès-Remiremont

Justice15 ans pour le généraliste de Dommartin-lès-Remiremont

01.02.2012

La cour d’appel de Nancy n’a pas été plus clémente que la cour d’Assises des Vosges. Accusé d’avoir drogué puis violé des patientes, le Dr Joël Capobianco, qui nie les faits depuis le début de l’affaire, a de nouveau écopé de 15 ans de prison.

  • 15 ans pour le généraliste de Dommartin-lès-Remiremont - 1

    15 ans pour le généraliste de Dommartin-lès-Remiremont

Le médecin généraliste de Dommartin-lès-Remiremont (Vosges) qui était poursuivi pour viols par neuf de ses anciennes patientes a été condamné mardi à Nancy à 15 années de réclusion criminelle. L'avocat général de la Cour d'assises de Meurthe-et-Moselle avait requis 20 années de réclusion criminelle, la peine maximale. En première instance, le Dr Joël Capobianco avait déjà été condamné à 15 ans de réclusion par la Cour d'assises des Vosges qui l'avait reconnu coupable de neuf viols mais acquitté de deux. Le praticien a toujours clamé son innocence. Joël Capobianco pratiquait "l'hypnosédation" en recourant au Valium. Selon lui, les plaignantes ont été victimes d'hallucinations.

"Est-ce qu'on est dans un geste thérapeutique ou dans un geste criminel quand le médecin injecte ce produit, qui ne peut conduire qu'à l'endormissement?", a demandé l'avocat général, Jacques Santarelli, lors de son réquisitoire mardi matin. "Vous êtes en présence d'une situation où toutes les circonstances sont réunies pour commettre un crime parfait", a insisté l'accusation, rappelant que le médecin s'en prenait à des patientes dépressives, généralement à son cabinet. Lors du procès, qui s'était ouvert le 23 janvier, un expert a estimé que "soigner la spasmophilie avec du Valium (était) une aberration". "Si les violeurs utilisent les benzodiazépines, c’est qu’ils savent que les victimes ne se souviennent de rien", a-t-il ajouté.

Joël Capobianco avait été mis en cause une première fois en juillet 2005, après la plainte d'une jeune femme pour des faits qui s'étaient produits sept ans plus tôt, alors qu'elle avait 15 ans. Quelques semaines plus tard, deux autres patientes, dépressives, avaient déposé plainte pour des faits similaires. Après une mise en examen pour viols en janvier 2006 et des articles dans la presse, onze anciennes patientes - dont une âgée de 13 ans lors des faits reprochés - ont également déposé plainte, décrivant un mode opératoire toujours semblable.

Paul Bretagne (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Faroudja

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom n’avait pas souhaité être auditionné par le Comité...13

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Pétition

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas... 13

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... 3

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir