Cancer de l’ovaire - Un gène muté qui expose et protège à la fois !

Cancer de l’ovaireUn gène muté qui expose et protège à la fois !

25.01.2012

BRCA1, BRCA2 : les mutations de ces deux gènes sont connues pour exposer à un risque accru de cancers de l’ovaire et du sein. Cependant, une étude du JAMA vient de révéler que ces femmes porteuses des mutations qui ont développé un cancer épithélial de l’ovaire ont plus de chances de survie à 5 ans, avec un meilleur pronostic pour celles présentant la mutation BRCA2. Un paradoxe dont on ignore les raisons.

  • Un gène muté qui expose et protège à la fois ! - 1

    Un gène muté qui expose et protège à la fois !

On sait de longue date que les femmes présentant une mutation des gènes BRCA1 et 2 -6 à 15% des femmes- ont un risque supérieur de développer un cancer du sein ou un cancer épithélial de l’ovaire. Mais curieusement, selon une étude publiée dans le JAMA (25 janvier), on découvre que ces femmes, lorsqu’elles sont atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire, ont de plus grandes chances de survie à 5 ans !

Les auteurs de cette recherche ignorent pourquoi ces gènes mutants améliorent le pronostic de survie des femmes souffrant de ce cancer ovarien, mais supputent que leur tumeur est plus sensible à la chimiothérapie à base de platine.

Dans le détail de l’étude menée par l'Institut national américain du cancer (NCI), les femmes porteuse du gène mutant BRCA2 ont eu le meilleur pronostic de survivre cinq ans avec 52% de chances comparativement à 44% pour celles dotées de la variation du gène BRCA1 et 36% pour les femmes n'ayant aucune de ces variations génétiques.

Les chercheurs ont analysé les résultats de 26 études observationnelles (menées de 1987 à 2010) dont des données portaient sur 1213 malades atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire (909 porteuses du gène mutant BRCA1 et 304 de la variation génétique BRCA2) ainsi que sur 2 666 femmes non-porteuses de ces deux gènes mutants. Dans le cadre de cette dernière étude, 1.766 femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire sont décédées lors de la période de suivi de cinq ans. L'avantage de survie chez les femmes porteuses des gènes mutants BRCA1 et BRCA2 a toujours été confirmé comparativement à celles sans ces variations génétiques. Toutefois cet avantage a été moins prononcé chez les femmes qui ont fait part d'antécédents familiaux de cancer du sein ou de l'ovaire ou des deux, notent les chercheurs.

C.D.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir