Cancer de l’ovaire - Un gène muté qui expose et protège à la fois !

Cancer de l’ovaireUn gène muté qui expose et protège à la fois !

25.01.2012

BRCA1, BRCA2 : les mutations de ces deux gènes sont connues pour exposer à un risque accru de cancers de l’ovaire et du sein. Cependant, une étude du JAMA vient de révéler que ces femmes porteuses des mutations qui ont développé un cancer épithélial de l’ovaire ont plus de chances de survie à 5 ans, avec un meilleur pronostic pour celles présentant la mutation BRCA2. Un paradoxe dont on ignore les raisons.

  • Un gène muté qui expose et protège à la fois ! - 1

    Un gène muté qui expose et protège à la fois !

On sait de longue date que les femmes présentant une mutation des gènes BRCA1 et 2 -6 à 15% des femmes- ont un risque supérieur de développer un cancer du sein ou un cancer épithélial de l’ovaire. Mais curieusement, selon une étude publiée dans le JAMA (25 janvier), on découvre que ces femmes, lorsqu’elles sont atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire, ont de plus grandes chances de survie à 5 ans !

Les auteurs de cette recherche ignorent pourquoi ces gènes mutants améliorent le pronostic de survie des femmes souffrant de ce cancer ovarien, mais supputent que leur tumeur est plus sensible à la chimiothérapie à base de platine.

Dans le détail de l’étude menée par l'Institut national américain du cancer (NCI), les femmes porteuse du gène mutant BRCA2 ont eu le meilleur pronostic de survivre cinq ans avec 52% de chances comparativement à 44% pour celles dotées de la variation du gène BRCA1 et 36% pour les femmes n'ayant aucune de ces variations génétiques.

Les chercheurs ont analysé les résultats de 26 études observationnelles (menées de 1987 à 2010) dont des données portaient sur 1213 malades atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire (909 porteuses du gène mutant BRCA1 et 304 de la variation génétique BRCA2) ainsi que sur 2 666 femmes non-porteuses de ces deux gènes mutants. Dans le cadre de cette dernière étude, 1.766 femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire sont décédées lors de la période de suivi de cinq ans. L'avantage de survie chez les femmes porteuses des gènes mutants BRCA1 et BRCA2 a toujours été confirmé comparativement à celles sans ces variations génétiques. Toutefois cet avantage a été moins prononcé chez les femmes qui ont fait part d'antécédents familiaux de cancer du sein ou de l'ovaire ou des deux, notent les chercheurs.

C.D.
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
vaccins

Vaccination et aluminium, un article du Parisien sème le doute

Bombe à retardement ou pétard mouillé ? Dans son édition d’aujourd’hui le Parisien dévoile les conclusions « d’un rapport sérieux et inédit bouclé en mars mais jamais rendu public » sur la toxicité...Commenter

Saône-et-Loire : top départ pour le premier Centre départemental de santé qui recrute 30 généralistes salariés

.

C'est une première en France. La Saône-et-Loire a présenté ce mercredi lors de son assemblée départmentale la création de son Centre... Commenter

30 minutes d'activité physique évite un décès sur 12 !

sport

Un article du Lancet venant de paraître, indique qu’un décès sur 12 pourrait être évité, avec 30 minutes d’activité physique pratiquée cinq... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir