PIP - L’Afssaps rassure sur la conformité des implants mammaires

PIPL’Afssaps rassure sur la conformité des implants mammaires

17.01.2012

L’agence des produits de santé a presque bouclé son enquête sur la qualité des prothèses mammaires. Alors que certains chirurgiens se posent des questions, l’Afssaps répond que, hors PIP, les autres prothèses présentes sur le marché français sont «conformes» à la réglementation européenne.

  • L’Afssaps rassure sur la conformité des implants mammaires - 1

    L’Afssaps rassure sur la conformité des implants mammaires

En dehors des implants PIP, toutes les autres prothèses mammaires vendues en France sont «conformes», selon l’Afssaps. «La campagne d'inspection conduite suite à l'affaire des prothèses PIP auprès de l'ensemble des fabricants n'a pas révélé de non-conformité chez les autres fabricants» a en effet souligné mardi une représentante de l'agence à l'Agence France Presse.

L'Afssaps a procédé à partir de septembre 2010 à l'inspection de l'ensemble des sites des neuf fabricants et distributeurs d'implants mammaires actifs sur le marché français. A chaque fois des prélèvements ont été réalisés, puis des analyses en laboratoires. «Les inspections sont finies et les contrôles sont quasi bouclés. Ce qui a été contrôlé suite à PIP est conforme» à la réglementation européenne sur les dispositifs médicaux dont font partie les prothèses, précise-t-on à l’Afssaps

Cette mise au point un peu avant la cloture de l’enquête intervient alors qu’un peu plus tôt sur France Info, le Pr Mimoun, chef de service de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique à l'hôpital St Louis à Paris s’était montré inquiet et critique. «Lorsque je téléphone à l'Afssaps et que je demande les taux de rupture par marque, on me répond que ce n'est pas possible. Je veux savoir quelle est la composition des gels, le taux de résistance des enveloppes, laboratoire par laboratoire (...). Imaginez que l'on explante toutes les femmes et que dans trois ans on dise le laboratoire X n'était pas fiable, on va les explanter deux fois, trois fois, ce n'est pas sérieux» insistait le chirurgien.

Si l’agence de sécurité sanitaire des produits de santé se veut rassurante, elle refuse néanmoins de dresser un classement des implants disponibles en fonction de leur qualité. «Les chirurgiens veulent un classement, le problème c'est que nous ne sommes pas une agence de notation. On ne va pas les classer, mais ce qui a été contrôlé suite à l'affaire PIP est conforme», se contente de répéter l'Agence.

Paul Bretagne (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Martin Winckler

Dans « l'École des soignantes », Martin Winckler imagine un système de soins utopique

Dans « l’École des soignantes »*, le généraliste écrivain Martin Winckler décrit un hôpital utopique en 2039 mis en place par une communauté urbaine en France. Les femmes y sont majoritaires et les...11

L’ARS Ile-de-France lance le recrutement d’au moins 62 généralistes salariés

.

Cela faisait partie des mesures d’urgence du plan Ma Santé 2022, annoncée par Emmanuel Macron, le recrutement au niveau national de 400... 6

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir