Déserts médicaux - Bientôt des hospitaliers à la place des généralistes ?

Déserts médicauxBientôt des hospitaliers à la place des généralistes ?

11.01.2012

Si les jeunes médecins boudent les zones rurales et les banlieues difficiles et préfèrent exercer en ville et là où il fait bon vivre, les hospitaliers pourraient remplacer les médecins libéraux en cas de carence. Voilà en effet la proposition « choc » de la Fédération hospitalière de France (FHF) qui s’est offerte, ce mercredi, de pallier au déficit de médecins dans les déserts médicaux. Une idée qui devrait susciter la polémique...

  • Bientôt des hospitaliers à la place des généralistes ? - 1

    Bientôt des hospitaliers à la place des généralistes ?

Mais que faut-il faire pour les convaincre à s’installer ? Les généralistes déplaquent, d’autres partent à la retraite et ne trouvent pas de successeur pour reprendre leur cabinet. Et si le jeune médecin préfère, lui, le salariat et n’aime pas la campagne, les hospitaliers, eux, aiment bien le milieu rural. C’est du moins ce que suggère la Fédération Hospitalière de France. « La FHF entre en campagne » a affirmé ce mercerdi son président Fréderic Valletoux. Pour résoudre l'épineux problème des déserts médicaux en milieu rural, ou dans certaines banlieues difficiles, la Fédération hospitalière de France n’a pas hésité à lever la main en dévoilant, ce mercredi, sa proposition « choc ». Les médecins hospitaliers - ou recrutés pour cette mission par l'hôpital – pourraient, selon la FHF, prendre en charge des cabinets fermés par des confrères libéraux ou se déplacer au domicile de patients.

« Les établissements publics de santé sont autorisés, en cas de carence constatée, à organiser au sein du territoire, le maintien d'une offre de soins ambulatoires », peut-on lire dans une nouvelle plateforme mise en ligne sur le site de la FHF intitulée « Le service public de santé. Une ambition pour la France (2012-2017) », où la Fédération détaille des multiples propositions pour maintenir un service public de santé sur tout le territoire français. Et si son secrétaire général, Gérard Vincent, a déclaré que « l'hôpital n'est pas un attrape-tout », il a ensuite ajouté: « si la médecine de ville ne peut pas, essayons, d'organiser une offre de proximité en gérant éventuellement des cabinets libéraux ». Eh oui, les hospitaliers tendraient volontiers la main aux confrères libéraux dans un grand élan de fraternité...

Le président de la FHF, Frédéric Valletoux, s'est de son côté défendu, devant la presse, de tout « hospitalo-centrisme ». La plateforme indique néanmoins que cet hospitalo-centrisme tant décrié est bel et bien « souhaité, de manière implicite par les usagers du service public », compte-tenu de l'évolution vers une médecine de plus en plus spécialisée et faisant appel à des techniques de plus en plus modernes. Et si le schéma hospitalo-centrique « apparaît aujourd’hui dépassé en raison de l’émergence du concept de territoire de santé porté par les lois récentes (loi HPST, NDLR)», l’hôpital est défini comme étant «la colonne vertébrale» des réseaux et filières sur le territoire, avec les établissements médico-sociaux.

Mais comment financer un tel dispositif ? Surprise, pour financer ce projet de remplacement des médecins libéraux, la FHF propose d’aller chercher les sous avec les dents, c’est-à-dire de prendre des crédits... sur l'enveloppe budgétaire consacrée à la médecine de ville !

Accessoirement, cela pourrait peut-être permettre aux hôpitaux de se renflouer un peu. Le mois dernier, à deux semaines de la fin de l’année, les gels de crédits, imposés par le gouvernement, grevaient encore les comptes des hôpitaux, ce qui aggravait leur déficit public pour 2011. Le déficit prévisionnel de l’AP-HP pour 2011 était alors estimé à 130 millions d’euros. Et, le président de la FHF déplorait que la Caisse des dépôts bloque l’accès des hôpitaux aux crédits bancaires.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

Neuf patients sur dix utilisent le numérique pour gérer leur maladie chronique

.

Les nouvelles technologies sont devenues incontournables pour les patients atteints de maladies chroniques. Elles permettent notamment de... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 3

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir