Dépistage du cancer colorectal - Hemoccult® bientôt remplacé

Dépistage du cancer colorectalHemoccult® bientôt remplacé

05.01.2012

L’Inca a récemment publié un rapport qui confirme l’intérêt des tests immunologiques dans le dépistage du cancer colorectal en remplacement de l’Hemoccult® II et précise les modalités de passage à ces tests dans le cadre du programme de dépistage organisé. Toutefois, de nombreuses questions économiques et logistiques restent à régler avant sa mise en place.

  • Hemoccult® bientôt remplacé - 1

    Hemoccult® bientôt remplacé

Depuis 2009, le dépistage du cancer colorectal est organisé sur tout le territoire : le test Hemocclut® II (test gaïac) est proposé tous les deux ans aux personnes de 50 à 74 ans. Toutefois, il sera progressivement remplacé par des tests immunologiques et, afin de préparer le passage au nouveau dispositif, l’Inca vient de publier un rapport en précisant les modalités.

« Aujourd’hui, la mise en place du processus de remplacement du test gaïac est inéluctable et se compte en mois et non plus en années », avance le Dr Jérôme Viguier, responsable du département dépistage à l’Inca. L’avantage de ces nouveaux tests est de pallier aux principales limites de l’Hemoccult® II. A savoir : « le manque de sensibilité, la contrainte de deux prélèvements, la lecture visuelle et qualitative et le manque de spécificité pour l’hémoglobine humaine.

« Ces tests immunologiques viennent détecter la présence d’hémoglobine humaine dans les selles grâce à l’utilisation d’anticorps spécifiques de la partie globine de l’hémoglobine humaine, » précise l’Inca. En pratique, l’utilisateur prélève à l’aide d’un bâtonnet un échantillon de selle et l’introduit dans le tube de prélèvement qui contient un tampon stabilisateur. Trois tests à lecture automatisée sont en lice : Magstream, OC sensor et FOB Gold.

Trouver le bon seuil de positivité

Toutefois, si sur le papier tout semble propice au remplacement de l’Hemoccult® par ces tests, de nombreuses questions demeurent. Tout d’abord, si ces tests permettent de détecter 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus d’adénomes avancés que l’Hemoccult II, ils peuvent engendrer un nombre de coloscopies 2 à 4 fois plus important, avec beaucoup de faux positifs, selon leurs modalités d’utilisation, et variable selon le seuil de positivité retenu et le nombre de prélèvements (1 ou 2). Ensuite, le nouveau dispositif devrait coûter au moins deux fois plus que celui avec Hemoccult® II. « Pour rester cout efficace, nous nous orientons vers un dépistage avec un seul prélèvement. Il nous reste aussi à définir le seuil de positivité pour que l’on dépiste le plus de cancers et d’adénomes possibles, tout en limitant le nombre de faus positifs et de coloscopies inutiles, explique Jérôme Viguier. Enfin, il restera à lancer un appel d’offre à l’échelle européenne afin d’arrêter notre choix sur un test ». Une fois ces questions logistiques et économiques réglées, le dépistage généralisé du cancer colorectal pourra évoluer.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Rosp new-look : après les couacs, les généralistes redoutent une baisse de leur prime en 2018

Retards, visites des délégués de l'assurance maladie, interrogations face aux nouveaux indicateurs… La validation de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) a relevé cette année du...4

À mi-parcours, les élections ordinales boudées par les médecins

Urne

Un clip de présentation moderne, un bulletin d'information spécifique et même un concours de candidatures (fictives) à succès sur les... 7

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... 2

ORL LE VERTIGE POSITIONNEL PAROXYSTIQUE BÉNIN Abonné

Vestibulométrie sous vidéonystagmographie (VNG)

Les vertiges paroxystiques positionnels bénins sont la première cause de vertiges, mais le médecin généraliste doit avant tout éliminer une... Commenter

Prescription METFORMINE ET RISQUE D’ACIDOSE LACTIQUE Abonné

Molecule de Metformine

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment alerté sur le risque d’acidose lactique sous... Commenter

A découvrir