Alzheimer - Un horizon bouché

AlzheimerUn horizon bouché

29.12.2011

L'agnosie n'atteint plus seulement le patient : elle semble aussi concerner toute la prise en charge de la maladie d’Alzheimer ! Le plan Alzheimer, grande priorité nationale, se termine en 2012… Et après ? ; On propose un dépistage précoce d'une maladie qu'on ne peut pas guérir ; les recommandations sont retirées depuis le 20 mai et, côté traitement, on annonce que les médicaments disponibles sont peu efficaces, sans que la recherche ne laisse espérer de nouvelles molécules prometteuses… Une situation peu satisfaisante, que commente le Dr François Bonnevay, consultation mémoire au CH d'Agen.

  • Un horizon bouché - 1

    Un horizon bouché

Le Généraliste. Qu'a apporté le plan Alzheimer dans la prise en charge ?

Dr François Bonnevay: Incontestablement ce plan a amené le développement des consultations mémoire sur le territoire. En revanche, il pêche toujours par le manque de structures d’hébergement adaptées. Les Pôles d'Activité et de Soins Adaptés (PASA) n'ont pas les moyens suffisants pour fonctionner, les restrictions budgétaires ont entraîné une baisse d'effectifs dans les EHPAD et en ce qui concerne les unités d’hébergement renforcé (UHR), tous les professionnels s'accordent à dire que ces structures doivent être liées à l'hôpital, les EHPAD n'ayant pas les compétences médicales et sanitaires pour prendre en charge les patients présentant de gros troubles du comportement.

En principe, le plan devrait être pérennisé mais actuellement on ne sait ni par qui ni comment. Il est évident que plus de place devrait être laissée aux équipes de terrain qui n'ont pas été assez entendues.

Que peut-on penser de l'utilisation de marqueurs pour un dépistage de la MA ?

Dr F.B. Il existe un total décalage entre la recherche expérimentale comme celle qui consiste à doser des marqueurs dans le LCR et la réalité du quotidien. La notion de dépistage ne peut pas être à l'ordre du jour. Est-il licite de rechercher une maladie avant qu'elle ne s'exprime alors qu'aucun traitement ne peut ni la guérir ni stopper son évolution ? Le diagnostic reste classique et le vrai combat pour la médecine de soins primaires est de faire un diagnostic précoce, de poser un nom sur des difficultés de mémoire et des troubles du comportement afin d'envisager un traitement mais aussi de prévoir, si possible, l'avenir avec le patient : les conditions dans lesquelles il souhaiterait être pris en charge - institution ou non - savoir s'il refuserait une obstination thérapeutique le jour ou elle pourrait être envisagée, la planification du financement, la mise en place à domicile un plan d'aide progressif.

La HAS a jugé que le service médical rendu des médicaments anti-Alzheimer était faible, laissant médecins et patients pour le moins désemparés…

Dr F.B .On sait en effet que les traitements dont nous disposons sont moyennement efficaces, qu'ils agissent sur à peine la moitié des patients lorsqu'ils sont pris au début de la maladie. Ils semblent cependant permettre chez les bons répondeurs de retarder l'évolution de la maladie d’environ deux ans. Mais aujourd’hui, après une période où ils ont été prescrits à tout va avec très peu d'analyses bénéfice/risque et très peu d'alternatives en cas d'échecs, au lieu de rationaliser la démarche thérapeutique, on passe sans transition à la limite du déremboursement, ce qui est tout aussi aberrant. Ces molécules ont des effets secondaires, des risques d'interactions certains qu'il faut évaluer lorsqu'on les prescrit, et il faut aussi savoir les arrêter lorsqu'ils ne sont pas efficaces. Par ailleurs, les autorités de santé essaient de limiter à juste titre le recours aux neuroleptiques ou aux tranquillisants –le méprobamate va être bientôt arrêté- mais on ne peut envisager de se passer des médicaments anti-Alzheimer que si l’on propose une autre forme de prise en charge dans les structures comme les EHPAD… Et à condition qu'elles aient les moyens humains de gérer les difficultés psycho-comportementales.

De nouvelles thérapeutiques à l'horizon ?

On avait des médicaments pratiquement en fin d’expérimentation comme la latrepiridine (ou Dimebon), ou des recherches sur la vaccination qui avaient laissé espérer de disposer de nouvelles thérapies dans les années à venir. Mais, selon les résultats des dernières études, rien ne semble devoir déboucher dans un futur proche.

Dr Maia Bovard-Gouffrant
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir