Pneumologie - La BPCO reste sous-diagnostiquée

PneumologieLa BPCO reste sous-diagnostiquée

29.12.2011

L’épidémiologie est en hausse avec un sous-diagnostic flagrant puisqu’un patient sur trois est mal diagnostiqué. Les femmes sont de plus en plus touchées avec un tabagisme plus fréquent chez la femme jeune et une sensibilité pulmonaire accrue aux particules toxiques du tabac. La réhabilitation respiratoire n’est pas assez mise en avant faute d’une reconnaissance suffisante malgré des niveaux de preuves élevés sur l’évolution à court et long terme. Les exacerbations fréquentes assombrissent le pronostic et les patients les plus sévères méritent un suivi plus serré. Cette maladie est appelée à devenir en 2020 la troisième cause de décès dans le monde. Le point avec le Pr Isabelle Tillie-Leblond (clinique des maladies respiratoires, CHRU de Lille)

  • La BPCO reste sous-diagnostiquée - 1

    La BPCO reste sous-diagnostiquée

Le Généraliste. Pourquoi la BPCO est-elle aussi mal repérée ?

Pr Isabelle Tillie-Leblond. L’essoufflement est insidieux et les patients s’y habituent en restreignant progressivement leurs activités. Le médecin n’est pas suffisamment sensibilisé de telle sorte qu’une déclaration de non-essoufflement leur paraît suffisante pour nier ce symptôme. Il devrait affiner l’estimation du souffle de ses patients par des questionnaires plus détaillés qui permettaient d’améliorer le dépistage de la BPCO. Le stéréotype du « tousseur cracheur » reste pénalisant. La BPCO a une définition fonctionnelle respiratoire, soit l’existence d’un syndrome obstructif non réversible qui reste à mieux connaître. Dès qu’un patient atteint 10 à 15 paquets-année, la mesure du souffle devrait être proposée beaucoup plus systématiquement. Une attitude plus volontariste pourrait faire changer les choses en évaluant la fonction respiratoire comme la mesure de la pression artérielle avec la possibilité de faire des explorations fonctionnelles moyennant un remboursement des actes.

Où en est-on dans le sevrage tabagique, qui est primordial dans la BPCO ?

Pr I. T.L. Le sevrage tabagique reste stationnaire dans ces taux de réussite. Il est de 30 à 40 %, aidé d’un traitement, mais l’élément clé est la motivation. Le tabac progresse chez les femmes jeunes, notamment pour ne pas prendre du poids. Or, elles deviennent assez vite des fumeuses chroniques et la dépendance s’installe. Nous ne sommes pas très bons pour faire arrêter le tabac chez ces jeunes filles. La menace d’un vieillissement cutané ne leur parle pas beaucoup mais on peut leur dire que c’est un facteur d’acné plus sévère pour les motiver. Il y a aussi, à l’adolescence, une notion de manque de liberté et d’appartenance à un groupe qui peut freiner à la mise en place du sevrage.

Que penser de la réhabilitation respiratoire non remboursée ?

Pr I. T.L. Elle n’est pas valorisée comme elle l’est dans la pathologie cardiaque. C’est un énorme problème car l’activité physique limite l’arrivée du handicap et le coût de la prise en charge. C’est une belle porte ouverte pour améliorer tous ces patients même les très sévères. L’efficacité est démontrée mais il n’y a pas de valorisation de cet acte dont l’impact se situe dans la durée alors que l’on privilégie les stratégies à court terme. Aujourd’hui, les niveaux de preuves sont suffisants et les sociétés savantes montent au créneau pour qu’elle fasse partie intégrante de la prise en charge, même chez les patients les plus sévèrement atteints. Pour les patients les plus graves qui passent du fauteuil au lit, la réhabilitation permet une amélioration du seuil de VO2 et donc la possibilité d’efforts croissants. Elle nécessite une supervision médicale et une vraie expertise.

Comment améliorer la prise en charge des exacerbations ?

Pr I. T.L. Lorsqu’un patient a plus de deux exacerbations par an, les études montrent que la morbidité est augmentée avec une perte plus accélérée du VEMS, une moindre qualité de vie, un recours plus fréquent aux hospitalisations et aux soins en général. Il faut mettre l’accent sur la prévention vaccinale contre la grippe et contre le pneumocoque. Il faut surveiller plus étroitement les patients les plus sévères qui constituent une population à haut risque. En cas de détérioration, le patient est susceptible de cumuler les facteurs de risque et il faut rechercher d’autres comorbidités comme un syndrome d’apnée du sommeil, une cardiopathie, ou l’existence de bronchectasies ou autres lésions (détectables par scanner thoracique).

Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 22

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir