Sondage - Les infirmiers ont la pêche, les pharmaciens ont les boules

SondageLes infirmiers ont la pêche, les pharmaciens ont les boules

17.11.2011

La société Médiforce a révêlé jeudi les résultats d’une étude inédite commandée à la Sofres, riche d’enseignements sur l’état d’esprit des professionnels de santé libéraux. Au regard de cette étude, infirmières et infirmiers sont les plus optimistes et épanouis dans leur travail. Inversement, les pharmaciens ont le moral en berne. Les généralistes se situent dans la moyenne.

  • Les infirmiers ont la pêche, les pharmaciens ont les boules - 1

    Les infirmiers ont la pêche, les pharmaciens ont les boules

Les professionnels libéraux de santé sont inquiets, mais entre professions de santé, les disparités de point de vue sont grandes. Selon une étude commandée à TNS Sofres par la société financière CMV Médiforce (groupe BNP Paribas), ces professionnels semblent relativement protégés par les effets les plus délétères de la crise: toutes professions confindues, 38% font état d’une activité en hausse, 41% stables et 21% seulement en baisse. Cela ne les empêche pas d’attribuer une note mitigée de 5,8 sur 10 à la situation actuelle de leur profession, et une note encore plus basse (5,1/10) quand ils envisagent l’avenir de celle-ci.

Dans le détail, ce sont les moins bien payés qui s’estiment les plus satisfaits de leur sort. Ainsi infirmiers et les infirmières installés en libéral se montrent les plus optimistes et donnent une note de 7,1/10 à leur situation professionnelle. A l’autre extrême, les pharmaciens d’officine broient du noir: 4,3 sur 10 en moyenne. Entre les deux, les généralistes donne la note de 5,8 sur 10 à une vie de généraliste. C’est moins que leurs confrères des autres spécialités (6,1) ou que les vétérinaires (5,9) et les kinés (5,9), mais plus que les dentistes (5,6) ou les pharmaciens.

Un autre marqueur du bien être des professionnels atteste de la grande forme des infirmiers et de la déprime des pharmaciens. Les premiers sont 89% à se dire prêts à recommander certainement (65%) et probablement (24%) leur profession, à égalité avec les kinés, contre 60 % des oficinaux (25% certainement et 35% probablement). En comparaison, les généralistes font preuve d’un optimisme mesuré pour inciter les jeunes à franchir le pas : 36% recommenderaient «certainement» d’embrasser cette carrière, 25% «probablement». La perception des autres spécialités est similaire.

Enquête menée en juin 2011 auprès de 450 professionnels de santé
Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
L'Ordre signe une convention avec la Carmf

Un nouveau Numéro vert sera mis en place en 2018 pour venir en aide aux médecins en souffrance

Afin d'apporter une aide aux médecins en souffrance, l'Ordre des médecins a signé ce mercredi après-midi une convention avec la CARMF et le Centre national de gestion (CNG). « Nous avons décidé de...Commenter

« On n'est pas là pour payer des montures Chanel à tout le monde » : Guy Carlier se paie Agnès Buzyn

Guy Carlier

La réponse d'Agnès Buzyn à une question sur le remboursement à 100 % des frais d'optique lors d'un entretien avec l'association des... 4

Les généralistes fument deux fois moins que les Français

Cigarette écrasée

Un bon point pour les généralistes ! Les omnipraticiens fument beaucoup moins que la moyenne des Français, nous apprend un rapport de Santé... 1

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir