Secteur optionnel - L’UMESPE brandit la menace du déconventionnement

Secteur optionnelL’UMESPE brandit la menace du déconventionnement

02.11.2011

Alors que le budget de la Sécu pour 2012 a été voté à l’Assemblée ce mercredi, le ton est monté d’un cran entre la CSMF et le gouvernement. Cette fois, ce sont les médecins spécialistes libéraux de Jean-François Rey qui critiquent le passage en force sur le secteur optionnel. L’Umespe annonce qu’elle appelera certains confrères à se déconventionner si elle n’obtient pas gain de cause sur ce dossier d’ici au début de 2012.

  • L’UMESPE brandit la menace du déconventionnement - 1

    L’UMESPE brandit la menace du déconventionnement

Le secteur optionnel pourrait bientôt être imposé unilatéralement et la tension monte côté syndicats. La CSMF et sa «branche spécialistes» en particulier, n’apprécient guère l’éventualité de plus en plus réaliste de son passage en force dans le cadre du PLFSS. Le gouvernement a en effet lancé un ultimatum pour fin janvier.Et, selon le projet de Xavier Bertrand, en effet, à défaut d’accord entre syndicats, caisses et complémentaires, dans ce nouveau secteur, les dépassements d’honoraires seraient limités à 50% du tarif opposable et plafonnés à 70% de l’activité, mais réservés aux seuls spécialistes de plateaux techniques de secteur 2.

Les conditions du ministre n’ont pas été acceptées par la CSMF, pourtant signataire d’un accord le mois dernier. Le syndicat de Michel Chassang a exprimé son mécontentement ces derniers jours: «dévoyant le secteur optionnel, le chef de l’Etat et le gouvernement renient leurs engagements». C’est maintenant l’Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE/CSMF) qui monte au créneau à son tour. Dénonçant le projet du gouvernement, la branche spécialiste du Dr Rey explique qu’elle «n’acceptera pas que les modalités de l’avenant sur le secteur optionnel, déposé par le gouvernement ne correspondent pas aux engagements négociés, signés et approuvés, dans le cadre de la convention.» L’Umespe répond à l’ultimatum du gouvernement par un autre ultimatum, un mois plus court, sommant gouvernement et mutuelles d’arriver à s’entendre pour le 1er janvier 2012.

Dans le cas contraire, l’Umespe brandit la menace du déconventionnement. «Constatant le désarroi des médecins spécialistes libéraux, en particulier ceux de plus de 55 ans ayant des listes d’attente importantes et qui envisagent de se désengager du système conventionnel», l’Umespe estime que «le Gouvernement doit prendre en compte leur mécontentement pour éviter une anarchie tarifaire, dommageable à l’accès aux soins…» Les spécialistes CSMF se montrent même prêts à accompagner si nécessaire le mouvement. Appelant même certains confrères à se déconventionner: à commencer par les secteurs 1 de plus de 60 ans, ayant de longues listes d’attente de rendez-vous, tels que ophtalmos, gynécos ou dermatos... Le syndicat menace en effet de mettre en place cette «déregulation tarifaire» à partir du 1er janvier 2012 si le gouvernement et la Mutualité française ne reviennent pas sur leurs pas.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 3

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir