Hôpital - Quand il faut passer la main

HôpitalQuand il faut passer la main

02.08.2011

Chez certaines populations sensibles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées), la gravité et la mortalité dues au paludisme sont plus fréquentes et, en cas de diarrhée, la déshydratation plus facile. Il faut aussi accorder une attention particulière aux personnes suivant un traitement au long cours atteintes de maladies chroniques ou de déficit immunitaire. Face à ces personnes à risques d’affections graves, il faut souvent être plus rapide et ne pas hésiter à prendre un avis hospitalier ou à hospitaliser. Par ailleurs, certaines étiologies nécessitent une hospitalisation (typhoïde, amibiase hépatique, méningites bactériennes, leishmanioses, trichinose, leptospirose, ...). Et tout doute diagnostique peut faire l’objet d’un avis spécialisé ou d’une hospitalisation.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... 3

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir