Sexualité - Une toute petite place dans le colloque singulier

SexualitéUne toute petite place dans le colloque singulier

28.07.2011

Constat. « En France, quelques centaines de médecins généralistes seulement ont suivi une formation et obtenu un diplôme en sexologie, et même dans ce cas, la sexologie ne constitue qu’une très faible partie de leur exercice professionnel », rappelle le sociologue Alain Giami. Ce dernier a conduit entre 2002 et 2004 une enquête de terrain auprès de trente-cinq médecins généralistes exerçant dans trois régions différentes. Fondée sur la base d’entretiens semi-directifs, cette étude lui a permis de dresser quatre postures différentes « qui donnent une esquisse du processus de spécialisation informelle des médecins généralistes en ce qui concerne l’abord de la sexualité ».

En premier lieu, « l’évitement » de la question, qui revêt, alors, une dimension d’exclusion sélective où les praticiens ne font pas rentrer les plaintes liées à la sexualité dans le champ de leur activité médicale. Une posture qu’ils justifient de manière récurrente par le fait que « leurs patients n’abordent pas la question et n’expriment pas de demande à ce sujet ».

En deuxième lieu intervient la posture de « l’évitement relatif », dans laquelle le généraliste traite « les problèmes liés à la sexualité selon le modèle de l’appropriation médicale ». Double avantage, le médecin se retrouve sur un terrain balisé et familier où face à des symptômes ou à des conduites à risque il pourra proposer des réponses médicalisées, et dans le même temps, il pourra plus aisément rencontrer les attentes de patients qui « n’apprécieraient pas qu’on explore leur vie sexuelle plus en détail ».

Vient ensuite l’abord de la sexualité en termes d’ « approche globale », qui prend en compte tant les dimensions physiologiques et fonctionnelles de la question que ses composantes psychologiques et relationnelles. Bref, une approche « qui associe examen somatique et écoute soutenue des patients », et pour laquelle le généraliste éprouve une satisfaction « associée à sa pratique professionnelle », qui tranche avec l’embarras exprimé par ses confrères chez qui l’évitement domine. Enfin, le dernier groupe est constitué par celles et ceux qui, souvent fortement intéressés par la psychologie, placent « la sexualité en centre de leur pratique en médecine générale et qui considèrent qu’elle constitue une dimension du bien-être ». Ce qui les conduit ainsi à suivre cette fois, une spécialisation formelle via des formations ad hoc en sexologie.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dépakine: audience préliminaire au TGI de Paris

L'association de défense des victimes de la Dépakine et le laboratoire Sanofi ont aiguisé leurs arguments mercredi lors d'une audience au tribunal de grande instance de Paris, première étape de l...Commenter

Les MICI gagnent du terrain surtout dans les pays nouvellement industrialisés

Mici

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) sont des pathologies du 21ème siècle, indique clairement Le Lancet du 16... Commenter

Feu vert sur les vaccins obligatoires : en commission, les députés médecins montent au créneau

.

Ça devrait passer lors de l'examen du PLFSS dans l'hémicycle la semaine prochaine. Mais pas forcément comme une lettre à la poste… Les déput... 2

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir