Psychiatrie - Le casse-tête des troubles mentaux

PsychiatrieLe casse-tête des troubles mentaux

28.07.2011

Sacrée responsabilité. En effet, selon une étude de la Drees, publiée en 2007 et citée en préambule par les trois auteurs de ce volet de l’enquête, les « troubles mentaux » seraient la première cause de morbidité et de recours aux généralistes pour les populations adultes. Et pour répondre aux besoins et aux demandes de ces patients, les praticiens de la médecine générale restent encore aujourd’hui peu formés durant leur cursus. En outre, seule la souffrance psychique de l’adolescent a, à ce jour, fait l’objet de recommandations. A travers l’analyse de consultations ayant pour objet le traitement de cette souffrance psychique, d’échanges de courriers entre médecins traitants et confrères des urgences psychiatriques, ainsi que de prises de paroles durant des séances de FMC, trois sociologues, Claudie Haxaire, Philippe Genest et Philippe Bail, ont mis en lumière les difficultés que rencontrent les généralistes pour faire face à cette réalité psychosociale.

Première d’entre elles, la pose du diagnostic. Car si les praticiens « ressentent » la souffrance de leurs patients, ils ne disposent pas des outils pour véritablement la classifier. Chacun développe donc une forme de « recette » propre, plutôt qu’un véritable savoir. L’attitude la plus répandue chez les généralistes relevée par les sociologues? L’écoute empathique. La plus difficile également, puisque c’est l’histoire de la vie du patient qu’ils vont ainsi recevoir – échecs, doutes, insatisfaction - qui les renvoie aussi à leur propre souffrance.

L’arsenal des réponses possibles est connu : prescription de médicaments; arrêt de travail; envoi chez le psy et enfin, enfin hospitalisation. Cette dernière solution relève les auteurs, « vaut comme dernier recours. Dans la pratique courante, les médecins tentent de se faire aider par les spécialises de la santé mentale ». Avec dans ce cas, un grief récurrent : les délais d’obtention de rendez-vous et l’absence de retour de la part de leurs confrères. Au total, selon les sociologues, le généraliste va donc essayer de gérer lui-même au mieux l’état de son patient en prenant en compte les éléments de sa vie (familiale, sociale, professionnelle), dont il dispose. « Mais il ne peut que repousser les problèmes (…) conscient de ne rien pouvoir résoudre ». Avec, présent à l’esprit, l’impératif constant de l’évaluation du degré de risque suicidaire de son patient.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
IPA

Les infirmières en pratique avancée deviennent réalité : les textes enfin parus au JO

C'est officiel, les futurs infirmiers et infirmières en pratique avancée (IPA) seront formés à la rentrée ! Les textes tant attendus par la profession sont parus ce jeudi au Journal Officiel. Un...Commenter

Dossier professionnel

Pratique avancéeDes super-infirmières à la rescousse des médecins

Photo lead

[Rediffusion du 4 mai 2018] Pour renforcer l’accès aux soins, des infirmières en pratique avancée (IPA) seront formées dès le mois de... Commenter

35 euros la consultation dans les déserts, suppression des ARS ... les nouvelles propositions chocs du député Philippe Vigier

Philippe Vigier

En mars dernier ,le député UDI Philippe Vigier, spécialiste des propositions de loi de coercition pour l’installation des médecins avait... 13

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir