Ostéoporose - Vitamine D: qui faut-il supplémenter?

OstéoporoseVitamine D: qui faut-il supplémenter?

25.07.2011

Le Groupement de recherche et d’informations sur les ostéoporoses suggère de supplémenter en vitamine D très largement les patients dès 65 ans, même sans dosage préalable, la correction par l’alimentation ne semblant pas « réaliste».

  • Vitamine D: qui faut-il supplémenter? - 1

    Vitamine D: qui faut-il supplémenter?

Le Groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses (GRIO) propose de nouvelles recommandations sur « la vitamine D chez l'adulte ». Publiée dans le numéro de Juillet-Aout de la « Presse Médicale », ces guidelines prônent une supplémentation en vitamine D à large échelle dès 65 ans, ainsi que chez tous les sujets en déficit avéré quel que soit leur âge. « Chez tous les sujets de 65 ans et plus, dont la probabilité d’un déficit en vitamine D est extrêmement élevée, alors que le risque de surdosage est quasi nul, il nous paraît licite d’envisager une approche préventive de supplémentation systématique en vitamine, sans dosage préalable » indiquent les auteurs. En revanche, « dans toutes les situations au cours desquelles l’objectif thérapeutique est d’obtenir un taux optimal de 25- (OH)- vitamine D pour une prise en charge adaptée, il est nécessaire de connaître la valeur sérique initiale pour adapter les schémas d’attaque et d’entretien de la supplémentation ». Parmi ces situations, le GRIO inclut tous les sujets (quel que soit leur âge) ayant une exposition solaire nulle ou quasi nulle, une ostéoporose avérée, une maladie favorisant l’ostéoporose, des chutes à répétition, des médicaments inducteurs d’ostéoporose ou encore une pathologie chronique sévère favorisant l’insuffisance et la carence en vitamine D (par exemple obésité, diabète, BPCO, insuffisance respiratoire, etc.).

Le GRIO retient une valeur de 25 (OH) Vitamine D circulante ≤ 10 ng/ml pour définir la carence en vitamine D et de 10 à 30 ng/ml pour parler d’insuffisance. Un taux entre 30 et 70 ng/ml est recommandé. Pour atteindre ces valeurs, plusieurs schémas thérapeutiques sont envisageables, en prescription quotidienne ou espacée. En cas d’insuffisance ou de carence en vitamine D avérée, un traitement d’attaque est préconisé qui permettra de ramener le taux de 25- (OH)-vitamine D au-dessus de la valeur cible de 30 ng/ml. En traitement d’entretien ou en traitement préventif systématique une posologie équivalente à 800 à 1 200 UI/j doit être proposée. « La correction des insuffisances par l’alimentation n’est pas réaliste, et à un moindre degré, l’ensoleillement ne paraît pas apte à résoudre la question de l’imprégnation vitaminique D dans une population, en particulier chez le sujet âgé » souligne le GRIO.

Benhamou CL, Souberbielle JC, Cortet B et al. La vitamine D chez l’adulte : recommandations du GRIO. Presse Med 2011 ; 40: 673-82.
Dr Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir