Un film, un médecin - Le corbeau

Un film, un médecinLe corbeau

08.07.2011
  • Le corbeau - 1

    Le corbeau

Année de production

1943

Réalisation

Henri-Georges Clouzot

Distribution

Pierre Fresnay (Docteur Germain ), Pierre Larquey (Docteur Vorzet), Ginette Leclerc (Denise), Micheline Francey (Laura Vorzet), Héléna Manson (Marie Corbin), Jeanne Fusier-Gir (la mercière), Louise Sylvie (la mère du cancéreux), Liliane Maigné (Rolande), Lucienne Bogaert (la cliente chez Germain), Noël Roquevert (Saillens) , Antoine Balpêtré (Docteur Delorme), Jean Brochard (Bonnevi) , Pierre Bertin (le sous-préfet), Louis Seigner (Docteur Bertrand), Roger Blin (le cancéreux), Pierre Palau (le receveur des P.T.T)

L’histoire

Les notables de Saint-Robin, petite ville de province, commencent à recevoir des lettres anonymes signées Le corbeau, dont le contenu est calomnieux. Ces calomnies se portent régulièrement sur le docteur Rémi Germain, accusé de pratique abortives, ainsi que sur d'autres personnes de la ville. Les choses se gâtent lorsque l'un des patients du docteur Germain se suicide, une lettre lui ayant révélé qu'il ne survivrait pas à sa maladie. Le docteur Germain enquête pour découvrir l'identité du mystérieux corbeau.

Le Docteur Germain officie à Saint-Robin, petite ville de province où un beau jour les notables commencent à recevoir des lettres anonymes au contenu calomnieux signées Le corbeau. L’une d’elles accuse Germain d'être l'amant de Laura, la femme de son collègue, le Docteur Vorzet. Une autre dénonce les pratiques abortives du même Dr Germain. Les lettres se multiplient, touchant un à un, tous les puissants de Saint-Robin. Le scandale finit par clater au grand jour quand une des missives cu Corbeau provoque le suicide d'un malade de l'hopital car elle lui apprend qu'il est atteint d'un cancer incurable. Qui est le corbeau ? Le docteur Germain qui est la cible de toutes les lettres est le premier suspecté.

Un film que n’a pas aimé tourner Pierre Fresnay

« L'atmosphère du Corbeau m'a été très déplaisante, et ça a été un travail épouvantable. Il fallait se lever tôt le matin, aller tourner à Montfort-l'Amaury et l'on faisait de longues journées. Au fond, je n'ai jamais été à l'aise dans ce film. C'est ce qui m'a permis d' être un personnage moins ouvert que je ne le suis généralement. J'étais contraint. Mes scènes avec GinetteLeclerc me gênaient... Jamais été à l'aise, jamais respiré avec Clouzot. »

Un film qui a connu bien des problèmes à la Libération

En 1944, paraît dans « L'Écran Français », un article intitulé « Le Corbeau est déplumé » qui compare le film de Clouzot au film de Grémillon le Ciel est à Vous, pour mieux dénoncer l'abjection du premier. On reproche à Clouzot de montrer que « les habitants de nos petites villes ne sont plus que des dégénérés, mûrs pour l'esclavage ». Et encore: « Aux estropiés, aux amoraux, aux corrompus qui déshonorent, dans Le Corbeau une de nos villes de province, Le Ciel est à Vous oppose des personnages pleins de sève française, de courage authentique, de santé morale, où nous retrouvons une vérité nationale qui ne veut et ne peut pas mourir. Aux sales petites filles, nées vicieuses et fourbes, que l'imagination asservie de M. Clouzot a fabriquées, comme sur un ordre nazi, il a répondu : "Non ! Vous êtes des faux ! Les vrais petits français c'est moi qui vous les montre. Au pied bot et à la putasserie de l'héroïne, il réplique par une jeune mère de France, modeste et forte, qui accomplit sans grandiloquence tous ses devoirs...» En septembre 1944, le Comité de Libération du Cinéma va suspendre huit cinéastes dont Clouzot.

Face à ces accusations, des Résistants vinrent témoigner de l'aide qu’avait pu leur apporter Clouzot durant l’Occupation. Cela n’empêcha pas le film d’être interdit de projection en octobre, provoquant une levée de boucliers via notamment une pétition signée par Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Michel Leiris, Pierre Bost, Claude Vermorel, Michel Vitold. Une autre allait suivre signée celle-là de Claude Autant-Lara, Marcel Carné, René Clair, Jacques Becker.

Malgré cela, Les intervenants communistes, "L'humanité", "Les Lettres Françaises" et GeorgesSadoul en tête campent sur leurs positions. Sadoul parle ainsi du Corbeau comme un film « financé par Goebbels...qui consentit à représenter la France comme une nation pourrie, dégénérée, petite bourgeoise, vicieuse et décadente, en concordance avec les assertions de Mein Kampf».

Ce n’est qu’en 1947 qu’Henri-Georges Clouzot est autorisé à reprendre le travail et pas pour n’importe quel film puisqu’il s’agit de Quai des Orfèvres, encore un chef d’œuvre

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Oustric

Et si la future 4 e année de DES préparait l'installation ? le projet d'un généraliste contre les déserts

La désertification médicale est-elle une fatalité ? Même si la situation démographique est loin d'être réjouissante, le Pr Stéphane Oustric, nouveau président du Conseil départemental de Haute...2

NASH : beaucoup de molécules en développement mais les hépatologues restent prudents

stétose hépatique

Très peu connue il y a à peine 10 ans, la NASH (ou stéato-hépatite non alcoolique) bénéficiera-t-elle bientôt de traitements médicamenteux... Commenter

Protection solaire : les Français mal informés et très négligeants

Expo solaire

Il y a encore du boulot ! En termes d'information, d'importants progrès doivent être menés pour que les Français aient un avis plus juste... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme : la mise à jour des vaccins courants est au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir