E. Coli - Pourquoi le germe O104:H4 est si virulent

E. ColiPourquoi le germe O104:H4 est si virulent

23.06.2011

Une étude parue dans le Lancet dresse le bilan de l’épidémie causée par la bactérie Eceh en Allemagne. Les chercheurs d’Outre-Rhin ont mis en évidence que le germe doit son agressivité à sa capacité à s’accrocher à la paroi intestinale. Et sa résistance aux bêtalactamines a compliqué la gestion de la crise.

  • Pourquoi le germe O104:H4 est si virulent - 1

    Pourquoi le germe O104:H4 est si virulent

A la date du 20 juin, l'épidémie d’E. coli déclarée dans le nord de l’Allemagne fin mai a fait 39 morts, dont 38 en Allemagne et 810 cas de SHU. 2 684 personnes ont été atteintes de diarrhées sanglantes, mais sans syndrome hémolytique urémique (SHU) , indique également une étude que publie mercredi le Lancet. Près d'un quart des personnes infectées ont donc développé un SHU .

L’équipe du Pr Helge Karch, de l'université de Münster qui a conduit l’étude montre aussi que la souche O104:H4 de la bactérie E. coli retrouvé en Allemagne est un mélange génétique rendu particulièrement dangereux par sa susceptibilité à s'attacher à la paroi intestinale. L’étude a analysé l'ADN de selles de 80 patients souffrant de SHU, soumises à un laboratoire de Münster entre le 23 mai et le 2 juin. Ils ont établi que le germe mis en évidence est d'un type rare, équivalent à celui détecté en Allemagne en 2001. Sa virulence vient de la combinaison de deux souches, une souche Ehec (E.coli entérohémorragique), qui relâche des shiga-toxines, et une souche Eaec (E. coli entéroaggrégatif), qui colle aux cellules épithéliales tapissant l'intestin. En l’absence de cette combinaison, la plupart des gens qui ne sont infectés que par la bactérie Ehec se remettent totalement, et moins de 10% développent des complications sérieuses, incluant le SHU. Mais dans le cas présent, «l'adhérence renforcée de cette souche aux cellules épithéliales peut avoir facilité l'absorption systémique des shiga-toxines et pourrait expliquer la fréquence des cas de SHU», estiment les auteurs.

Résistante aux bêtalactamines, mais pas aux carbapénèmes

Autre facteur péjoratif : à la différence de 2001, la souche incriminée dans l’épidémie allemande de cette année s’est révélée fortement résistante aux bêtalactamines suite à des modifications génétiques. Elle reste en revanche, sensible aux carbapénèmes. L’équipe suggère qu’au début de l’épidémie, l'utilisation de bétalactamines pourrait donc avoir aggravé la situation, en sélectionnant ces germes résistants.

Le germe allemand véhiculé par des graines germées, n’est pas le même que celui qui sévit actuellement dans le nord de la France, retrouvé sur des steaks hâchés.

Paul Bretagne (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir