Personnes âgées - Quelles pistes pour la réforme de la dépendance ?

Personnes âgéesQuelles pistes pour la réforme de la dépendance ?

20.06.2011

Roselyne Bachelot présente mardi les conclusions des quatre groupes de travail qui ont planché sur la dépendance. Les pistes de réflexion portent bien sûr le financement du nouveau dispositif, mais aussi sur la création de structures ad hoc, la façon de favoriser le maintien à domicile et d’aider les aidants.

  • Quelles pistes pour la réforme de la dépendance ? - 1

    Quelles pistes pour la réforme de la dépendance ?

La réforme de la dépendance devra maintenir un large financement public, favoriser le maintien à domicile ou encore baisser le coût de l'hébergement pour les familles, estiment les groupes de travail dans leurs conclusions qui seront présentées mardi par Roselyne Bachelot. La publication de leurs rapports marque le dernier acte du débat sur la dépendance avant les arbitrages de l'Elysée cet été.

Trouver 10 milliards

L'un des groupes estime ainsi que le nombre de personnes dépendantes pourrait passer d'1,2 million aujourd'hui à 1,4 ou 1,55 million en 2025. Face à cette pression démographique, il faudrait dix milliards d'euros d'argent public supplémentaire en 2040. Les pouvoirs publics y consacrent déjà environ 25 milliards par an, les familles entre sept et 10. La réforme devra donc à la fois trouver des recettes supplémentaires pour faire face à cette hausse des dépenses mais aussi améliorer le système actuel via de nouvelles mesures, dont toutes ne pourront sans doute pas être menées avant la présidentielle.

Réformer l’APA

Un des groupes prône le maintien du système de financement actuel, c'est-à-dire basé sur des financements publics pour l’essentiel, mais en prévoyant des réformes pour l'améliorer. Il s'agirait en grande partie de réformer l'Allocation personnalisée d'autonomie, par exemple en augmentant les plafonds, qui sont actuellement trop bas pour les personnes les plus dépendantes, ou en augmentant la participation financière des personnes les moins dépendantes au bénéfice des plus dépendantes. Pour le financement de la place en maison de retraite, une «augmentation de l'allocation logement» est évoquée.

Mobiliser la CSG des retraités

Côté recettes nouvelles, le groupe énumère les pistes sans trancher: des droits de succession, deuxième journée de solidarité ou imposition des majorations de retraite pour familles nombreuses. L'idée d'une hausse partielle de la CSG des retraités semble de toute façon tenir la corde.

Revoir la prise en charge

Les autres groupes ont planché sur la qualité de la prise en charge, estimant pour l'essentiel que les acteurs sont bien trop éclatés, ce qui aboutit à une déperdition financière (trop d'hospitalisations par exemple) et à une grande complexité. Il est donc proposé de créer un guichet unique d'informations confié aux départements (135 millions d'euros). On parle aussi de confier la prévention aux ARS ou aux départements. Côté habitat, on évoque la création de logements «à proximité de services et d’équipements» et la nécessité d’adapter les logements privés, via notamment une augmentation du budget de l’ANAH, l’Agence nationale d'Amélioration de l'Habitat, permettant ainsi aux Français de rester plus longtemps chez eux. Les groupes prônent aussi des solutions nouvelles d'hébergement collectif pour les personnes en perte d'autonomie légère et modérée, et en parallèle, un développement des services à domicile.

Soutenir les aidants

Soutien aux aidants, rénovation des établissements, diversification du recrutement des personnels figurent aussi parmi les suggestions. Dans un avis rendu public lundi soir, le Haut conseil de la Famille (HCF) prône lui aussi un large soutien aux aidants familiaux, ces 3,5 millions de Français qui aident un proche, malade ou âgé. Le HCF, qui est un organe consultatif placé sous la tutelle du Premier ministre, propose ainsi un plan doté de 500 millions d'euros qui permettrait notamment de «faciliter l’articulation entre aide et vie professionnelle», par exemple via le versement d’une «indemnisation» ou «la possibilité d’un maintien partiel de salaire»ou davantage de droits en matière de retraite.

Paul Bretagne (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir