Recommandations 2011 - Sus au moustique, ennemi public numéro un des voyageurs!

Recommandations 2011Sus au moustique, ennemi public numéro un des voyageurs!

17.05.2011

Les recommandations sanitaires 2011 pour les voyageurs viennent de sortir. Le point fort cette année concerne la protection contre les piqûres de moustiques vecteurs de pathologies, motivé par les épidémies de dengue, de chikungunya et par la recrudescence du paludisme d’importation en France. Ces recommandations sont aussi l’occasion d’insister sur la vaccination contre la rougeole.

  • Sus au moustique, ennemi public numéro un des voyageurs! - 1

    Sus au moustique, ennemi public numéro un des voyageurs!

Lutter contre les moustiques vecteurs de pathologies graves. Tel est le principal message des recommandations sanitaires pour les voyageurs 2011 publiées dans le BEH. En effet, l’année 2010 a tout d’abord été marquée par des épidémies de dengues survenues dans le monde tropical, en particulier dans les départements français d’Amérique. De plus, de nombreux voyageurs arrivant de pays endémiques ont participé à l’apparition de cas autochtones en France, faute d’avoir pu empêcher les moustiques Aedes albopictus métropolitains de piquer ces voyageurs atteints de la maladie.

Ensuite, un autre fait est relevé par le Comité des maladies liées aux voyages et d’importation (CMVI). CMVI : le paludisme d’importation en France métropolitaine, qui diminuait doucement depuis 2007 (de 4 400 cas à 3990 en 2009), repart à la hausse en 2010, avec 4600 cas estimés et toujours une dizaine de morts. « Ce sont les migrants originaires d’Afrique subsaharienne qui sont concernés par cette recrudescence, sans doute moins bien informés des mesures préventives antivectorielles et chimio prophylactiques disponibles, toujours efficaces mais onéreuses, » détaille dans l’édito du BEH, le Pr Martin Danis, président du CMVI.

Révision de l’utilisation des répulsifs

Face à ces maladies véhiculées par des moustiques, les recommandations insistent donc sur la protection personnelle antivectorielle, avec le port de vêtements imprégnés la nuit (+ moustiquaire imprégnée) ou le jour selon que le moustique est un piqueur de jour (aedes) ou de nuit (anophèle, culex), mais aussi avec l’utilisation de répulsifs cutanés. Et ce, d’autant plus que l’utilisation de ces répulsifs a été revue. Notamment, chez l’enfant à partir de 6 mois et la femme enceinte ou allaitante, leur recours est désormais possible, même en utilisation prolongée, à condition de respecter un mode d’emploi précis.

Par ailleurs, pour faire suite à l’épidémie de choléra qui a frappé Haïti , et en prenant en compte le fait que des épidémies de choléra éclatent de façon répétée en Asie et en Afrique, Martin Danis rappelle l’importance, dans la prévention, des mesures d’hygiène alimentaire et de lavage des mains.

Enfin, le CMIV insiste sur le respect des recommandations vaccinales concernant la rougeole, étant donné sa réémergence épidémique : « tout voyage dans l’ancien monde (Europe, Afrique et Asie, ndlr) est l’occasion pour tous les sujets nés depuis 1980 de recevoir deux doses de vaccin pour les enfants d’entreprendre une vaccination précoce », insiste le président du CMVI.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

Neuf patients sur dix utilisent le numérique pour gérer leur maladie chronique

.

Les nouvelles technologies sont devenues incontournables pour les patients atteints de maladies chroniques. Elles permettent notamment de... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 3

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir