Convention - La Mutualité veut contractualiser avec les médecins

ConventionLa Mutualité veut contractualiser avec les médecins

05.05.2011

Le nouveau patron de la Mutualité Française, Etienne Caniard ne veut pas uniquement jouer les utilités à l’occasion de la négociation de la future convention médicale. Il a proposé jeudi que les mutuelles puissent, elles aussi, passer convention avec les médecins.

  • La Mutualité veut contractualiser avec les médecins - 1

    La Mutualité veut contractualiser avec les médecins

Pour la première fois l’Unocam devrait véritablement avoir son mot à dire lors d’une négociation conventionnelle globale. Et, en l’occurrence, la Mutualité Française ne fait pas mystère de la position qu’elle souhaite défendre: donnant-donnant. Que les assurances complémentaires mettent la main à la poche, pourquoi pas ? Mais à condition qu’en contrepartie logique, « nous puissions, nous aussi, conventionner les professionnels de santé », a expliqué ce jeudi le patron de la Mutu devant les journalistes de l’AJIS (Association des journalistes de l’information sociale). Pour autant, développe Etienne Caniard, « les réseaux mutualistes qui seraient ainsi créés ont vocation à être ouverts et non fermés ». Hors de question en clair, pour les assureurs privés, de se livrer à une forme de certification d’un nombre restreint de professionnels de santé triés sur le volet. Ce n’est en tout cas pas l’approche choisie par la Mutualité Française.

« Nous ne sommes pas dans une logique de HMO », a insisté Etienne Caniard. D’autant moins que les expériences que nous pourrions ainsi monter, que ce soit en termes de nouveaux modes de rémunération ou de coopération interprofessionnelles ont vocation à toucher le plus grand nombre de patients et de médecins possible ».

Et le chef de file de la Mutualité de pointer du doigt l’une des incohérences du système actuel: l’hétérogénéité du taux de couverture complémentaire proposé. « Aujourd’hui, tous les acteurs du système s’inquiètent du pourcentage de Français qui ont accès à une complémentaire, sans s’intéresser au coeur véritable du problème. A savoir, l’éventail de prise en charge que les complémentaires couvrent véritablement ». Sans mystère, pour Etienne Caniard, c’est pourtant ici que se situe tout l’enjeu du niveau de couverture maladie équitable et satisfaisant pour les patients.

Enfin, côté médecins, sur le terrain du secteur optionnel qui devrait être (re)débattu au cours des négociations pour la prochaine convention, pourquoi ne pas déjà appliquer le protocole conclu en 2009, « un protocole plutôt équilibré », juge-t-il, mais dont l’application n’a jamais été effective.

François Petty
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir