SFMG - Dessine-moi un médecin généraliste

SFMGDessine-moi un médecin généraliste

13.04.2011

Dans une brochure destinée à être distribuée aux patients, la Société Française de Médecine Générale leur explique la partie invisible de l’iceberg de l’exercice de la médecine générale. À faire circuler sans modération dans les salles d’attente !

  • Dessine-moi un médecin généraliste - 1

    Dessine-moi un médecin généraliste

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cinq ans après l’invention « du médecin traitant » et deux ans après la loi Bachelot qui a, pour la première fois, défini dans le Code de la Santé publique, les missions du « médecin généraliste de premier recours », il était bien temps d’expliquer aux patients ce que cela veut dire d’être médecin généraliste. Dans une brochure de douze pages, téléchargeable sur son site, la Société Française de Médecine Générale (SFMG) se livre à un petit plaidoyer pro domo pour la profession plutôt bien venu. Elle est destinée aux patients. « Elle vise à expliquer les fonctions du médecin traitant, sa place dans le système de soins et les raisons pour lesquelles les patients le choisissent, explique la SFMG. La connaissance de ces spécialistes en soins primaires, la spécificité et la diversité de leurs missions, est le plus souvent partielle ». Pourquoi choisir votre généraliste comme médecin traitant ? Parce que « les fonctions assumées par les médecins généralistes sont caractéristiques des systèmes de santé performants », dit la SFMG. Comment devient-on « spécialiste de médecine générale » ? Neuf années de formation mais la moitié des généralistes ont des formations et des diplômes supplémentaires. Mais que fait mon médecin traitant ? « C’est un médecin spécialiste formé à l’approche globale des patients », souligne la SFMG qui donne des exemples précis de cas cliniques emblématiques de la médecine générale. Quels sont les revenus libéraux de vos médecins traitants ? « Parmi les plus bas d’Europe », note la SFMG qui a quand même un petit métro de retard en donnant 22 euros comme tarif de consultation…

« La loi HPST le positionnant comme acteur essentiel de l’organisation du système de soins, au moment où les ARS vont organiser le parcours de soins des patients dans leur région, il nous a paru indispensable d’apporter aux patients une information plus complète sur leur médecin traitant », explique la SFMG qui n’élude pas non plus les questions qui fâchent. Oui, les jeunes générations de médecins ne choisissent pas ce métier. Mais « non pas par manque d’intérêt, mais par manque d’une organisation nationale facilitant cet exercice complexe, prenant et difficile ». À bon entendeur.

Pour télécharger le documents, cliquez ICI.

V.H.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
CCNE

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-François Delfraissy et le comité consultatif national d’éthique...5

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

.

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et... 4

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 2

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir