SFMG - Dessine-moi un médecin généraliste

SFMGDessine-moi un médecin généraliste

13.04.2011

Dans une brochure destinée à être distribuée aux patients, la Société Française de Médecine Générale leur explique la partie invisible de l’iceberg de l’exercice de la médecine générale. À faire circuler sans modération dans les salles d’attente !

  • Dessine-moi un médecin généraliste - 1

    Dessine-moi un médecin généraliste

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Cinq ans après l’invention « du médecin traitant » et deux ans après la loi Bachelot qui a, pour la première fois, défini dans le Code de la Santé publique, les missions du « médecin généraliste de premier recours », il était bien temps d’expliquer aux patients ce que cela veut dire d’être médecin généraliste. Dans une brochure de douze pages, téléchargeable sur son site, la Société Française de Médecine Générale (SFMG) se livre à un petit plaidoyer pro domo pour la profession plutôt bien venu. Elle est destinée aux patients. « Elle vise à expliquer les fonctions du médecin traitant, sa place dans le système de soins et les raisons pour lesquelles les patients le choisissent, explique la SFMG. La connaissance de ces spécialistes en soins primaires, la spécificité et la diversité de leurs missions, est le plus souvent partielle ». Pourquoi choisir votre généraliste comme médecin traitant ? Parce que « les fonctions assumées par les médecins généralistes sont caractéristiques des systèmes de santé performants », dit la SFMG. Comment devient-on « spécialiste de médecine générale » ? Neuf années de formation mais la moitié des généralistes ont des formations et des diplômes supplémentaires. Mais que fait mon médecin traitant ? « C’est un médecin spécialiste formé à l’approche globale des patients », souligne la SFMG qui donne des exemples précis de cas cliniques emblématiques de la médecine générale. Quels sont les revenus libéraux de vos médecins traitants ? « Parmi les plus bas d’Europe », note la SFMG qui a quand même un petit métro de retard en donnant 22 euros comme tarif de consultation…

« La loi HPST le positionnant comme acteur essentiel de l’organisation du système de soins, au moment où les ARS vont organiser le parcours de soins des patients dans leur région, il nous a paru indispensable d’apporter aux patients une information plus complète sur leur médecin traitant », explique la SFMG qui n’élude pas non plus les questions qui fâchent. Oui, les jeunes générations de médecins ne choisissent pas ce métier. Mais « non pas par manque d’intérêt, mais par manque d’une organisation nationale facilitant cet exercice complexe, prenant et difficile ». À bon entendeur.

Pour télécharger le documents, cliquez ICI.

V.H.
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Vaccination et aluminium, un article du Parisien sème le doute

vaccins

Bombe à retardement ou pétard mouillé ? Dans son édition d’aujourd’hui le Parisien dévoile les conclusions « d’un rapport sérieux et inédit... 2

Saône-et-Loire : top départ pour le premier Centre départemental de santé qui recrute 30 généralistes salariés

.

C'est une première en France. La Saône-et-Loire a présenté ce mercredi lors de son assemblée départmentale la création de son Centre... 11

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir