Épidémie d’hépatite A - La piste des tomates séchées

Épidémie d’hépatite ALa piste des tomates séchées

12.04.2011

Une étude publiée dans le BEH a permis de déterminer l’origine de la mystérieuse épidémie d’hépatite A qui avait touché 59 personnes dans le Sud-Ouest de la France en 2009-2010. Il s’agit en fait de tomates semi-séchées présentes dans des sandwichs ou salades vendues en sandwicheries et importées de Turquie.

  • La piste des tomates séchées - 1

    La piste des tomates séchées

Les épidémies d’hépatite A sont peu fréquentes en France et d’autant plus celles qui sont d’origine alimentaire. Pourtant, la dernière en date n’est pas si lointaine : elle est survenue en France entre novembre 2009 et février 2010 et a été déclenchée par la consommation de tomates semi séchées présentes dans des sandwichs ou salades, comme le souligne une étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) ce mardi.

En moyenne, on recense 1 275 cas d’hépatite A par an en France, soit 2 cas pour 100 000 habitants. La transmission la plus courante est oro-fécale par contamination de personne à personne, à partir d’un sujet infecté. Ainsi, logiquement, « les deux grandes expositions à risque sont la présence d’autres cas d’hépatite A dans l’entourage et un séjour hors métropole » indiquent les auteurs de l’article publié dans le BEH.

Cependant, les sujets infectés lors de l’épidémie 2009-2010 n’ont pas du tout ce profil d’exposition. Durant cette période, 59 cas – dont 12 cas secondaires- ont été déclarés dans 19 départements, avec deux grands foyers identifiés dans les Hautes-Pyrénées (15 cas) et dans le Lot (16 cas).

Tomates de Turquie

Après une enquête épidémiologique menée sur les sujets infectés et comparés à des cas témoins, la source principale de contamination a pu être déterminée : il s’agit de la consommation de tomates semi-séchées importées surgelées de Turquie et transformées en France. Les personnes infectées en premier l’ont été par l’ingestion de sandwichs ou salades contenant ces tomates séchées et vendus dans les sandwicheries. Ensuite des cas secondaires sont apparus, par transmission de personne à personne, puis, sans doute, par transmission communautaire interhumaine au sein des foyers initiaux d’hépatite. « La contamination des tomates semi-séchées a très probablement eu lieu en Turquie, en raison du type de souche identifiée et de l’endémicité du VHA plus importante dans ce pays » extrapolent les auteurs. La contamination fécale peut avoir lieu sur les aliments crus et le virus reste infectieux même après congélation. D’ailleurs, des produits frais congelés tels que des oignons verts, des framboises, des fraises ont déjà été associés à des épidémies d’hépatite A. Cette analyse ne pousse pas pour autant à déconseiller la consommation de tomates semi-séchées, devenue à la mode en France ces dernières années. « Les épidémies liées à ce produit restent très rares » indiquent les auteurs concluant que leur consommation devrait néanmoins être recherchée lors de l’investigation d’une épidémie d’hépatite A.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Dans la Drôme, un centre de santé intercommunal drague des internes... deux ans avant son ouverture

L'intercommunalité Porte de Drômardèche, située à la frontière nord des deux départements, ouvrira son centre de santé en 2020. Il s'agit du premier projet de ce type piloté par une communauté de...Commenter

La dénervation rénale, vers une alternative au traitement médicamenteux dans l'HTA  ?

Circonscrite jusqu’à présent aux hypertensions résistantes, la dénervation rénale sera-t-elle demain un traitement « de routine » pour... Commenter

Bientôt un guide et des conseils de l'Ordre pour soigner son e-réputation

Ordinateur

Dans une étude parue jeudi, le Conseil d'État préconise de mettre un terme à l'interdiction stricte de publicité imposée aux médecins et de... Commenter

Dermatologie PEAU, SOLEIL ET CHALEUR Abonné

Photodermatose

Prédisposition aux cancers, vieillissement cutané et ophtalmique, boutons de chaleur, lucite, aggravation d’une acné… la peau justifie... Commenter

Dermatologie GALE : IVERMECTINE OU PERMÉTHRINE ? Abonné

Gale

Une récente revue Cochrane (1) a évalué l’efficacité et la sécurité de la perméthrine topique et de l’ivermectine topique ou systémique... 2

A découvrir