Epidémiologie - Augmentation des cas de gale en France

EpidémiologieAugmentation des cas de gale en France

09.04.2011

Des cas de gale ont été signalés récemment dans plusieurs régions : Ile-de-France, Aquitaine, Basse-Normandie... Selon un état des lieux que vient de réaliser l’Institut national de veille sanitaire (InVS), cette parasitose serait effectivement en progression sur l’Hexagone.

  • Augmentation des cas de gale en France - 1

    Augmentation des cas de gale en France

Des cas de gale signalés dans un lycée de Sartrouville (Yvelines) début avril; un lycée professionnel agricole des Pyrénées-Atlantiques qui ferme provisoirement après l'apparition d'une douzaine de cas en quelques jours en février; et vendredi dernier le journal Ouest-France faisait encore état d'un cas avéré dans un lycée d'Alençon... La gale semble ces derniers temps en progression dans l’Hexagone. L'incidence de la gale en France peut être estimée "autour de 330 à 340 cas par an pour 100.000 habitants", précise Dounia Bitar, épidémiologiste à l’institut national de veille sanitaire (InVS).

Selon "l’état des lieux" de la maladie qu’il a réalisé, les cas de gale semblent être en augmentation en France. "Quand on reçoit plein de signaux, c'est que quelque chose se passe", déclare-t-il à l’Agence France Presse, sur la base de diverses enquêtes régionales et nationales réalisées entre 2008 et 2010. "Les signalements reçus dans certaines Ddass suggèrent une augmentation du nombre de cas et/ou d'épisodes de gale survenant dans les collectivités", indique l’état des lieux mis en ligne par l'InVS.

Les consommations de médicaments sont également en faveur d'une augmentation de l'incidence de la gale en France: "quand on voit l'explosion de l'ivermectine (+24% par an entre 2005 et 2009) et du benzoate de benzyle (+11%), l'augmentation ne semble pas discutable. L'ensemble des résultats indique une augmentation de l'incidence de la gale en France", conclut l'état des lieux, tout en invitant à les interpréter "avec précaution", compte tenu du manque d'exhaustivité des enquêtes." L’InVS préconise un renforcement de la sensibilisation du public et des médecins et une meilleure coordination des acteurs locaux.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Crise

Déserts médicaux Ces départements qui ne connaissent pas la crise

Alors que la France médicale se dépeuple de ses généralistes, une douzaine de départements semble encore échapper à la décrue. Attractivité naturelle du territoire, volontarisme des leaders, ou...6

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

.

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les... Commenter

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir