Convention - Xavier Bertrand, impatient et optimiste sur les négociations

ConventionXavier Bertrand, impatient et optimiste sur les négociations

06.04.2011

J - 1 pour les négociations sur la nouvelle convention qui démarrent jeudi à la Cnamts. Xavier Bertrand n’y assiste évidemment pas, mais sera un spectateur engagé de ces discussions qui doivent aboutir -avant l’été espère l’Assurance maladie- à définir une nouvelle convention pour cinq ans. Intervenant sur la chaîne I-télé ce mercredi, le ministre de la Santé a placé ces pourparlers sous le signe du « rétablissement de la confiance ».

  • Xavier Bertrand, impatient et optimiste sur les négociations - 1

    Xavier Bertrand, impatient et optimiste sur les négociations

Rentrée des classes jeudi matin à 9 h 00 au siège de la CNAMTS. Dix-huit mois après la négociation avortée sur le secteur optionnel, Assurance maladie et syndicats de médecins libéraux représentatifs vont se retrouver en vue cette fois-ci d’écrire la prochaine convention médicale qui doit se substituer au règlement arbitral en vigueur depuis mai de l’année dernière.

Côté médecins, on retrouve parmi les délégations quelques « anciens » comme Michel Chassang et Michel Combier pour la CSMF, la délégation du SML est désormais conduite par Christian Jeambrun et celle de MG France par Claude Leicher. Le tout petit syndicat Alliance qui avait signé la convention de 2005 a disparu du tour de table. Quant à la FMF, elle peut se prévaloir d’être désormais représentative à nouveau des spécialistes comme des généralistes, sauf que des dissensions de plus en plus bruyantes se sont fait entendre dernièrement entre le leader de la FMF, Jean-Claude Régi, et les deux-coprésidents de sa branche Union généraliste, Jean-Paul Hamon et Claude Bronner. Un nouveau venu aussi : le Bloc qui représente des chirurgiens, des anesthésistes et des obstétriciens et qui a d’emblée gagné sa représentativité pour les spécialistes en raison de son excellent score lors des élections au URPS d’octobre dernier. Coté caisses, le conseil de l’Uncam se réunit ce mercredi 6 avril. Une réunion qui a pour but de délivrer un mandat de négociation en bonne et due forme au directeur général de la Cnamts, Frédéric van Roekeghem. L’Assurance-maladie espère ensuite conclure au mieux avant l’été. Cela semble pour le moins optimiste.

« Dégager l’horizon du système de santé »

Reste un acteur important qui devrait rester silencieux, mais a été le premier à s’exprimer sur le sujet mercredi matin. Xavier Bertrand ne cache pas son impatience. « Ca y est, c’est parti ! Le rétablissement de la confiance passe par cette rencontre demain entre l'Assurance maladie et les médecins » a expliqué Xavier Bertrand mercredi matin sur le plateau de Guilume Durand. A la question de savoir si les médecins étaient « des déçus du sarkozysme », le ministre de la Santé a seulement relevé sur la chaîne I-télé que les médecins étaient « une des catégories sociales qui se posent le plus de questions sur son avenir. Ils se demandent comment sera leur profession dans cinq, dix ou quinze ans ». Pour calmer cette inquiétude, Xavier Bertrand a souligné qu'il entendait « dégager l'horizon d'un système de santé dans lequel il y ait davantage de médecins dans les années qui viennent et qui se sentent bien et en confiance ».

Dans l’esprit du ministre de la Santé, il est clair que les négociations ne doivent pas faire l’impasse sur la diversification des modes de rémunération. « Est-ce qu’on prend en compte les missions de santé publique ? Est-ce qu’on prend en compte les enjeux de service public » s’est-il tout haut interrogé.

Concernant la question de la démographie médicale, le ministre a souligné qu'il voulait qu'il y ait « des médecins partout sur le territoire, que ce soit à la campagne, mais aussi dans certains quartiers difficiles ». Mais, alors que les socialistes penchent pour une remise en cause partielle de la liberté d'installation dans leur projet pour 2012, il a de nouveau clairement écarté la carte de la contrainte pour lutter contre les déserts médicaux. « On ne va pas les obliger, à la différence d'ailleurs du programme du Parti socialiste qui veut obliger les médecins à s'installer. On ne fait pas le bonheur des gens malgré eux » a dit Xavier Bertrand précisant vouloir « donner toute sa place à l'incitation et au regroupement des médecins quand ils le souhaitent ».

Véronique Hunsinger et Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Antoine Perrault

Dr Antoine Perrault : « Chez les remplaçants, il y a un véritable problème d'engagement au service de la population »

Antoine Perrault est maire de Saint-Julien-sur-Sarthe (Orne) depuis 25 ans. La semaine dernière, il faisait partie des édiles qui ont pu interroger le chef de l’État, lors du lancement du Grand...5

Bébés sans bras : trois nouveaux cas suspects dans les Bouches-du-Rhône

.

La liste des cas groupés (aussi appelés "clusters") d'agénésies transverse des membres supérieurs (ATMS) s'allonge. Le journal Le Parisien... 1

Une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme pour pénurie de Sinemet®

Cour européenne des droits de l'Homme

Suite à l'immense difficulté de se procurer du Sinemet® (lévodopa/carbidopa) pour sa femme qui souffre d'une maladie de Parkinson, un homme... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir