Médiator - Le rapport Debré-Even pilonne l’Agence du médicament

MédiatorLe rapport Debré-Even pilonne l’Agence du médicament

16.03.2011

Chargés par Nicolas Sarkozy d’une mission sur le système de gestion du médicament, Bernard Debré et Philippe Even remettent mercredi leur rapport. L’urologue de Cochin (photo) et le pneumologue de Necker, connus l’un et l’autre pour leur franc parler, accablent l’organisation actuelle de l’Afssaps, jugée peu transparente et inefficace. Ils concluent à sa «faillite totale» et à l’urgence d’une réforme radicale.

  • Le rapport Debré-Even pilonne l’Agence du médicament - 1

    Le rapport Debré-Even pilonne l’Agence du médicament

Des conflits d'intérêt moyennement respectés, des auditions d’experts pas publiques, des compte-rendus de séance «peu fidèles»... Le rapport que Bernard Debré (photo) et Philippe Even ont remis à Nicolas Sarkozy mercredi suite à l'affaire du Mediator n’est pas tendre pour l’agence française du médicament et d’une manière générale pour le système de gestion du médicament. Pour les deux professeurs, qui ont entendu une quinzaine de personnes -Haute autorité de santé, Agence sanitaire des produits de santé (Afssaps), industrie du médicament, Agence européenne du médicament, revue Prescrire... «l'affaire du Mediator est beaucoup plus qu'un accident isolé». Leur texte s'en prend à la Haute autorité de santé, mais surtout à l'Afssaps, avec 1.000 employés, cinq directions scientifiques, trois commissions dont «l'une dit toujours oui, en acceptant une foule de médicament inutiles, et l'autre non, refusant presque toujours de suspendre ou de retirer les médicaments même plus dangereux qu'utiles».

«Usine à gaz»

Le rapport épingle le mode d’organisation de l’Agence -75 groupes de travail, des missions transversales, des unités, un conseil scientifique-, sa lourdeur, et même le mode de désignation des membres de sa commission d’AMM : «28 membres choisis sur des critères très contestables, où domine la cooptation relationnelle de hasard». Plus grave,«de nombreux membres ignorent presque tout du dossier sur lequel ils votent, et même de la pathologie en cause». Quant à la commission de pharmacovigilance, elle agit selon une procédure «extraordinairement lente». L’Urologue, député de Paris et le président de l’Institut Necker évoquent à ce propos une «course d'obstacles et de montagne par étapes, qui privilégie clairement l'intérêt des firmes et non celui des patients».

Et le verdict des deux iconoclastes tombe, sans complaisance, concluant à «la totale faillite de l'Afssaps», qui échoue «parce qu'elle n'a jamais eu de directions d'envergure,» mais surtout parce que c'est «une usine à gaz», «un labyrinthe dont rien ne peut sortir». Le rapport appelle donc à «une réforme profonde, un véritable tournant». Il propose que l'Afssaps nouvelle s'occupe de missions d'analyse scientifique avec l'aide non plus de 3.500 experts, mais de 20 à 40 de haut niveau, sans conflit d'intérêt. «Les molécules n'apportant rien de plus que les traitements antérieurs seront refusées au remboursement». En matière de pharmacovigilance, le système d'alerte des médecins sera simplifié. Au total, le fonctionnement devra être complètement remanié, avec remplacement de cadres supérieurs et disparition de la machinerie administrative.

Interrogé lors de l’émissions "Questions d’infos" LCP/France Info/AFP, Xavier Bertrand a repris la balle au bond, confirmant qu’un projet de loi réformant «en profondeur» le système de sécurité sanitaire interviendrait avant l’été. Cette réforme, a-t-il expliqué sera élaborée à partir du rapport de Bernard Debré et Philippe Even sur la filière du médicament, mais aussi de l'enquête de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales), des conclusions des différentes missions parlementaires sur le Mediator et de celles des Assises du médicament en cours. Le ministre de la Séanté a notamment insisté sur sa volonté d'assurer «l'étanchéité de l'Afssaps par rapport à l'industrie du médicament».

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Test

Alzheimer, la HAS plaide pour un diagnostic précoce

Comme prévu par le plan maladie neurodégénérative 2014-2018, la HAS vient de publier un guide sur le parcours de soins de la maladie d’Alzheimer. Conçu en partenariat avec le Collège de la médecine...1

[Vidéo] Sur la télémédecine, la CNAM et le SML souhaitent accélérer, la FMF freine des quatre fers

Téléconsultation

La CNAM espérait signer l'avenant conventionnel numéro 6 sur la télémédecine avant l'été. Cette ambition est aujourd'hui fragilisée. Si le... Commenter

Recommandations 2018 aux voyageurs : recul de la prophylaxie anti-palustre et vigilance extrême sur le risque d’importation de BLSE

Reco voyageurs

Même si un touriste sur 2 sera victime d’une pathologie infectieuse durant son voyage, les infections ne représentent que 1 à 3% des décès,... Commenter

QUAND LE LYME CACHE LA FORÊT Abonné

Tique

Le mois de mai marque le début du pic d’activité des tiques dans l’environnement. Que sait-on d'elles ? Quelles maladies transmettent-elles... Commenter

Pneumologie LES FORTES DOSES DE CORTICOÏDES INHALÉS DANS L'ASTHME Abonné

Inhalation

Deux articles récemment publiés dans la même édition du NEJM sur les fortes doses de corticoïdes inhalés en prévention des exacerbations... Commenter

A découvrir