Cancers cérébraux - Faut-il innocenter le téléphone portable ?

Cancers cérébrauxFaut-il innocenter le téléphone portable ?

23.02.2011

Un an après la publication de l’étude européenne Interphone, deux travaux reviennent sur les effets des portables pour la santé. Le premier, mené à grande échelle, est assez rassurant et tend à disculper le téléphone cellulaire de responsabilités dans la survenue de cancers du cerveau. A partir d’un échantillon plus restreint, le second montre que l’usage d’un mobile accroît néanmoins localement le métabolisme du glucose.

  • Faut-il innocenter le téléphone portable ? - 1

    Faut-il innocenter le téléphone portable ?

Le téléphone portable induit-il des cancers cérébraux ? Si la question n’est toujours pas tranchée, deux nouvelles études viennent entretenir la polémique, qui était déjà alimentée par les résultats de l’étude épidémiologique européenne Interphone, publiés en mai 2010. Pour mémoire, dans ce travail, aucune augmentation du risque de gliome ou de méningiome n’a été mis en évidence avec l’utilisation du téléphone portable, si ce n’est chez les utilisateurs intensifs, chez qui on retrouve un sur-risque de gliome de 40%. De prime abord, il y aurait de quoi s’inquiéter, mais la présence de nombreux biais ont empêché d’établir une interprétation causale.

Récemment, une grande étude (publiée dans Bioelectromagnetics, 28 janvier) se veut rassurante. Menée à partir des statistiques nationales du Royaume-Uni, elle montre que, durant neuf années (entre 1998 et 2007), l’incidence des cancers du cerveau est la même, alors que l’utilisation du téléphone portable est montée en flèche depuis le début des années 90. Toutefois, on décèle une très légère augmentation des cancers dans le lobe temporal (0,6 cas pour 100 000 personnes). Rien d’alarmant selon les auteurs: cette augmentation ne correspond qu’à 31 cas supplémentaires par année dans une population de 52 millions d’habitants. Par ailleurs, on note aussi une diminution -chez les hommes uniquement- des cancers du lobe pariétal et du cervelet.

Un lien bien ténu

Pour les chercheurs, ces résultats signent une probable absence de lien de causalité entre cancer et téléphone portable, tout du moins sur l’île britannique. Ils ne voient d’ailleurs pas de mécanisme biologique plausible qui expliquerait que les radiofréquences altèrent directement les gènes, chose qui pourrait alors rendre certaines cellules cancéreuses. « Si l’exposition aux radiofréquences était liée au cancer, ce serait plutôt en stimulant la croissance d’une tumeur déjà existante » ajoutent-il.

On peut toutefois se poser la question de l’impact biologique du téléphone portable sur le fonctionnement du cerveau, notamment en considérant cette petite étude (47 personnes) publiée dans le JAMA du 23 février. Elle montre que l’utilisation pendant 50 minutes d’un téléphone portable accroît de 7% le métabolisme du glucose dans la région du cerveau située proche de l’antenne du téléphone (cortex orbitofrontal et lobe temporal). Pour l’instant, les conséquences pour la santé demeurent inconnues, mais l’étude suggère que l’utilisation du portable pourrait affecter le fonctionnement du cerveau. Le débat est loin d ‘être clos.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...6

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... Commenter

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir