Méningites - Le méningocoque se dissémine comme les métastases

MéningitesLe méningocoque se dissémine comme les métastases

14.02.2011

Une équipe française de recherche vient de mettre pour la première fois en évidence la cascade d’événements qui conduit le méningocoque à passer de la gorge à la circulation sanguine. Une trouvaille qui pourrait à terme révolutionner la prévention et le traitement de certaines méningites.

  • Le méningocoque se dissémine comme les métastases - 1

    Le méningocoque se dissémine comme les métastases

Si dans la plupart des cas, la présence localisée du méningocoque dans la gorge est sans aucune conséquence, elle peut accidentellement conduire à une méningite ou un choc sceptique. Comment cette bactérie spécifique à l’homme, présente à l’état non-pathogène dans la gorge de porteurs sains (5 % à 30 % de la population) envahit la circulation sanguine à partir du nasopharynx et provoque une bactériémie compliquée d’une méningite ? Dans un article publié dans Science du 11 février 2011, l’équipe Avenir dirigée par Guillaume Duménil au sein de l’unité mixte de recherche Inserm 970 (Université Paris Descartes) vient d’identifier le mécanisme en cause. On sait que les méningocoques sont dotés de structures particulières : les pili. Ils leur permettent à la fois d’adhérer aux cellules de la gorge, de s’y multiplier et de former des agrégats. « Nous avons étudié de près la protéine principale qui compose les pili : la piline » explique Guillaume Duménil. Son équipe a découvert que la protéine subissait différentes modifications au cours du temps. Parmi elles, l’une s’est avérée plus intéressante que les autres : l’ajout d’un phosphoglycérol. Ce groupement chimique une fois greffé à la piline donne le signal de dissémination.

Des bactéries isolées de la colonie partent « en éclaireur »

À partir de ces premiers résultats, les chercheurs ont découvert la présence du gène qui permet le transfert du phosphoglycérol sur la piline : le gène pptB. Ce gène fonctionne à plein régime seulement lorsque la bactérie est au contact des cellules qui tapissent la paroi de la gorge. « L’emballement » du gène pptB provoque l’ajout du phosphoglycérol à la piline. Celle-ci perd alors l’une de ses propriétés essentielles : sa capacité à former des agrégats. En conséquence, certaines bactéries se détachent de la colonie et se disséminent peu à peu. Cette stratégie va être utilisée par la bactérie à la fois pour coloniser d’autres endroits de la gorge et pour traverser les cellules qui la tapissent. « On pourrait presque comparer ce phénomène à la formation de métastases cancéreuses » souligne Guillaume Duménil. C’est la première fois que des chercheurs identifient avec autant de précision la cascade d’événements qui conduit la bactérie dans la circulation sanguine. C’est une première étape. « On sait dorénavant comment le méningocoque passe de la gorge au sang. Nous espérons pouvoir démontrer que ce processus est identique lorsque la bactérie passe du sang au cerveau et déclenche une méningite » conclut Guillaume Duménil.

Si les chercheurs parviennent à trouver des molécules qui bloquent la dissémination, ils pourraient détenir là un outil à la fois préventif (blocage de la colonisation de la gorge et du passage vers la circulation sanguine) et thérapeutique (limitation de la colonisation des vaisseaux sanguins et de la transmission au cerveau). Rappelons que Neisseria meningitidis est un diplocoque Gram négatif aérobie responsable de 75 % des méningites bactériennes chez les individus de moins de 25 ans. Les taux de morbidité les plus élevés sont observés chez les enfants de 6 mois à 4 ans (43 %) et chez les adolescents.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...5

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 1

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir