Diabète de type 2 - Les hommes vivent mieux la maladie que les femmes

Diabète de type 2Les hommes vivent mieux la maladie que les femmes

25.01.2011

L’étude ENTRED 2007 publiée mardi dans le BEH s’est intéressée à la qualité de vie des diabétiques de type 2 en France. Elle révèle que les malades sont confiants dans l’avenir, même si leur santé physique s’altère avec l’âge. Et ce sont surtout les complications macrovasculaires et les hypoglycémies qui affectent la qualité de vie. De plus, une différence apparaît entre les deux sexes, les femmes ayant des performances mentales et physiques moins élevées à âge égal.

  • Les hommes vivent mieux la maladie que les femmes - 1

    Les hommes vivent mieux la maladie que les femmes

Le diabète est l’une des pathologies chroniques fréquentes qui affecte le plus la qualité de vie, comme l’asthme et l’insuffisance coronaire. Mais, selon l’étude ENTRED 2007 publiée dans le BEH ce mardi, l’ensemble, les diabétiques de type 2 vivent bien leur maladie : deux tiers voient avec confiance ou grande confiance leur avenir avec leur diabète et cette confiance augmente chez les personnes les plus âgées. En revanche, si avec l’âge, les scores mentaux restent stables (voire s’améliorent), il n’en est pas de même avec les scores physiques, qui décroissent fortement. Les douleurs et les limitations physiques sont logiquement plus fréquentes et nombreuses avec l’avancée en âge.

Parmi les facteurs de risque à l’origine de cette altération de la qualité de vie physique - et outre le niveau socioéconomique- c’est l’apparition de complications macrovasculaires qui se montre déterminante, de même que l’existence d’hypoglycémies sévères. De leur côté, les complications microvasculaires se révèlent peu liées. « Ce sont donc les conséquences du diabète, plus que la maladie diabétique elle-même, qui altèrent globalement la qualité de vie » concluent les auteurs de l’étude du BEH. C’est pourquoi « leur prévention doit rester un objectif majeur dans la prise en charge des patients, le diabète pouvant évoluer à bas bruit avec un faible retentissement jusqu’à un point de non-retour » estiment-ils. Mais attention : cette prévention ne devrait toutefois pas se faire au prix d’une majoration du risque d’hypoglycémies, qui, lorsqu’elles sont sévères, pourraient détériorer la qualité de vie. Enfin, le niveau de contrôle glycémique n’est associé à une baisse de la qualité de vie que pour une HbA1c entre 8 % et 10 %, ce qui doit être pris en considération lorsque les objectifs glycémiques sont déterminés pour le patient.

Les femmes plus altérées

Autre fait remarqué dans l’étude ENTRED : l’existence de différences entre hommes et femmes. À tout âge, les scores de qualité de vie sont en effet plus faibles chez les femmes (cette différence entre les sexes avait déjà été relevée dans ENTRED 2001). Sur le plan mental tout d’abord, les femmes semblent moins satisfaites : à âge égal, elles se montrent plus pessimistes que les hommes et montrent moins de confiance dans leur avenir avec la maladie. La satisfaction du soutien social reçu pour le diabète était également moindre chez les femmes : 17 % ne se déclaraient pas vraiment ou pas du tout satisfaites, contre 8 % chez les hommes.

Sur le plan physique ensuite, hommes comme femmes déclarent une baisse de leur autonomie avec l’âge. Mais à âge égal, les femmes se sentent moins à l’aise que les hommes pour réaliser des activités comme les courses et les déplacements. En revanche - et comme les hommes- elles ne sont que peu gênées en ce qui concerne le téléphone, la prise de médicaments et les démarches administratives. Par ailleurs, dès 75 ans, 29 % des femmes ont besoin d’aide pour préparer les repas. Une information toutefois difficile à mettre en perspective côté masculin, étant donné qu’elle n’a pas été étudiée chez les hommes.

La réalisation d’auto-injections chez les patients sous insuline est aussi un bon marqueur d’autonomie. Et chez ces patients traités par insuline (n=799), environ 90 % des moins de 65 ans effectuaient seuls leurs injections. Ce pourcentage diminue fortement avec l’âge : seulement 52 % des hommes et 20 % des femmes de plus de 80 ans les effectuent eux-mêmes.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau marqué des points importants jeudi matin lors de l’ouverture du...16

L’adalimumab dans l’uvéite de l’enfant Abonné

« L’arthrite juvénile idiopathique (AJI) est l’affection systémique pédiatrique la plus fréquemment associée à une uvéite non infectieuse ch... Commenter

Smith & nephew au service de la traumato et de la cicatrisation Abonné

Société internationale spécialisée dans les dispositifs médicaux de haute technologie, Smith... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir