L’ère du médecin virtuel - Médecin de famille aujourd’hui, téléconsultant demain ?

L’ère du médecin virtuelMédecin de famille aujourd’hui, téléconsultant demain ?

03.01.2011

Info ou intox ? En annonçant la possibilité de téléconsulter son médecin, Roselyne Bachelot a réussi un "buzz" d’enfer. Depuis, dans le Landerneau médical, tout le monde s’interroge. Un tour d’horizon des experts et des confrères familiers de la télémédecine montre pourtant qu’il ne faut pas s’emballer trop vite. La télémédecine est sûrement promise à un bel avenir. Pour le grand profit des généralistes et des patients. Mais il faudra encore un peu de temps avant de voir le colloque singulier s’installer sur la Toile. Ou alors dans certains créneaux spécifiques.

  • Médecin de famille aujourd’hui, téléconsultant demain ? - 1

    Médecin de famille aujourd’hui, téléconsultant demain ?

Des patients consultant leur généraliste par internet et se faisant envoyer une ordonnance par e-mail... Ce scénario annoncé dans la presse pour le début de l’année prochaine par Roselyne Bachelot quelques semaines avant de quitter son ministère a un peu pris les acteurs de la télésanté de court, obligeant son cabinet à rectifier la communication dans les jours suivants. En réalité, si les décrets d’application de la loi HPST, parus à la fin du mois d’octobre, ouvrent effectivement la voie à des nouveaux développements en télésanté, la « téléconsultation » en premier recours reste encore largement du domaine de la science-fiction. En effet, même s’ils sont de plus en plus avides d’informations et de conseils par internet, les patients ne semblent pas encore mûrs pour passer à la consultation virtuelle. Selon un sondage ViaVoice que le Groupe Pasteur Mutualité a fait réaliser, 81 % des personnes interrogées ne sont pas prêtes à consulter un médecin sur le web, les plus réticents étant les patients les plus âgées (à peine 7 % des plus de 65 ans seraient partants) et, de façon plus surprenante, la génération internet (14 % des 18/24 ans ne veulent pas de téléconsultation).

Que dit exactement le décret à propos de la téléconsultation ? Elle a « pour objet de permettre à un professionnel médical de donner une consultation à distance à un patient » sachant qu’un « professionnel de santé peut-être présent auprès du patient et, le cas échéant, assister le professionnel médical au cours de la téléconsultation ». Nous sommes bien loin de l’image du malade à son domicile qui brancherait sa webcam pour consulter son médecin traitant. « Peut-être qu’en 2030, on fera des téléconsultations de médecine générale, relativise le Dr Pierre Simon, président de l’Association nationale de télémédecine qui tenait son congrès à Paris la semaine dernière. Mais il y a d’abord des problèmes à résoudre à commencer par celui de la confidentialité sur le web. Ensuite, les patients les plus âgés sont très loin d’y être préparés ». Il reste que le champ des possibilités d’utilisation de ces technologies en médecine générale est très prometteur, mais dans un cadre où le généraliste n’est pas de l’autre côté de l’écran mais bien à côté de son patient. « Aujourd’hui, la téléconsultation c’est d’abord la possibilité pour un patient d’avoir une consultation de spécialiste en particulier de suivi en étant accompagné d’un généraliste, explique ce néphrologue. Soit c’est une discussion de médecin à médecin, soit le spécialiste interroge le patient en présence de son confrère ».

Les expérimentations se multiplient depuis plusieurs années. Les décrets qui viennent d’être publiés ont tout simplement vocation à leur donner un cadre juridique et à envisager leur rémunération de manière plus pérenne. La balle est désormais dans le camp des ARS qui ont jusqu’à la fin de l’année 2011 pour construire leur « plan télémédecine » avec pour objectif d’améliorer l’accès aux soins, la qualité des soins et l’efficience du système de santé. Ensuite, les agences pourront contractualiser avec des établissements et des libéraux pour organiser ces nouveaux modes de prises en charge. Pour sa part, l’Assurance-maladie commence à réfléchir à la façon dont elle pourra intégrer les actes de télémédecine dans la CCAM. D’autant, que pour l’heure, l’acquisition d’un équipement pour un cabinet de ville reste onéreuse. Le député UMP Pierre Lasbordes, auteur en octobre 2009 d’un rapport remis à Roselyne Bachelot sur la télésanté, évalue le coût pour « accéder aux données du patient, recueillir et transmettre des données et procéder à de la téléconsultation avec un moyen de visioconférence de bonne qualité entre 5 000 et 20 000 euros »...

Dossier réalisé par Véronique Hunsinger et Cyrienne Clerc
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Faroudja

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom n’avait pas souhaité être auditionné par le Comité...12

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Pétition

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas... 13

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... 3

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir