Entretien avec Yann Bourgueil* - « La fin d’un modèle dominant »

Entretien avec Yann Bourgueil*« La fin d’un modèle dominant »

31.12.2010
  • « La fin d’un modèle dominant » - 1

    « La fin d’un modèle dominant »

Le Généraliste : Comment expliquer cet engouement, voire ce plébiscite de la jeune génération pour l’exercice en groupe ?

Yann Bourgueil. Tout d’abord, il n’est pas lié à la féminisation de la profession. C’est un phénomène qui va bien au-delà. Cela traduit, je pense, des évolutions de souhaits à la fois personnels et professionnels des jeunes médecins et qui changent de facto, la représentation de ce qu’est l’exercice de la médecine : une nouvelle manière d’articuler son travail et sa vie professionnelle. Ce sont ces facteurs qui expliquent à mon sens l’intérêt pour la médecine de groupe, en tout cas dans le cadre du paiement à l’acte. En se retrouvant à plusieurs, ils peuvent ainsi se répartir la même activité, mais sur un nombre de journées plus petit. C’est une évolution qui correspond à celle que l’on peut voir chez les cadres qui appliquent les 35 heures Ils font peut-être de plus grosses journées mais ils travaillent moins de jours.

Cette évolution concerne-t-elle aujourd’hui l’ensemble des généralistes ou seulement la jeune génération ?

Y.B. Si on regarde les statistiques, on s’aperçoit qu’il y a une augmentation de l’exercice en cabinet de groupe chez les plus de 50 ans. Elle passe de 39 à 45 %, ce qui est tout de même modéré. On peut donc penser qu’il y a un phénomène de regroupement qui concerne aussi les médecins un peu plus âgés mais c’est la dynamique des jeunes qui est la plus importante.

Quelle est la définition d’un cabinet de groupe ?

Y.B. Nous en avons retenu lors de notre étude une définition basique : un cabinet où exercent au moins deux médecins généralistes. Globalement, ce que nous avons constaté, c’est que les groupes restent de petite taille, avec deux ou trois médecins. Chez les médecins de 40 ans, il y a semble-t-il une évolution vers des groupes de plus grande taille ; ce qui va assez bien avec l’idée que l’on cherche à mieux organiser sa vie privée et sa vie professionnelle. En revanche, nous n’avons pas constaté de part plus importante des jeunes dans les structures pluridisciplinaires. Les jeunes médecins se regroupent plutôt entre eux, entre généralistes.

Est-ce donc la fin du modèle traditionnel de l’exercice en solo ?

Y.B. C’est en tout cas la fin du modèle dominant, pour l’instant. L’exercice en groupe aujourd’hui est majoritaire.

*Médecin spécialiste en santé publique, directeur de l’Irdes.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
CCNE

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-François Delfraissy et le comité consultatif national d’éthique...5

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

.

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et... 4

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 2

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir