Annabel Sanselme, 28 ans* - À la recherche du groupe idéal

Annabel Sanselme, 28 ans*À la recherche du groupe idéal

31.12.2010
  • À la recherche du groupe idéal - 1

    À la recherche du groupe idéal

Annabel rentre tout juste d’un stage de deux semaines dans un centre de santé espagnol, au sud de Madrid. « Le modèle même de l’exercice de groupe, pluridisciplinaire, mais version salariée », sourit la jeune généraliste de 28 ans, qui termine son internat à la fin du mois. A-t-elle été séduite par la formule ibère ? « Treize généralistes, six pédiatres, une vingtaine d’infirmières… Une journée qui commence à 8 heures pour se terminer à 15 heures Oui, on peut vraiment parler de confort de travail », dit-elle avec un sourire, avant de préciser que les généralistes du centre espagnol assurent également la PDS, à tour de rôle, « mais à partir de 15 heures, jusqu’au lendemain ».

Quoi qu’il en soit, c’est de ce côté-ci des Pyrénées qu’Annabel Sanselme entend exercer. En cabinet de groupe, évidemment. Pluridisciplinaire de préférence. Et en milieu semi-rural certainement. Sa stratégie est déjà établie. D’abord les remplacements, histoire de se faire la main. « Aux alentours de Strasbourg où j’ai fait mes études, et aussi en Auvergne d’où je suis originaire. » Ensuite, « au hasard des rencontres, trouver un cabinet où je me sente bien. Mais il faut que ce soit un endroit où mon compagnon ait un accès pas trop compliqué pour pouvoir lui aussi aller travailler ».

Annabel estime qu’il lui faudra sans doute, trois ans de remplacements pour trouver son cabinet de groupe idéal. « Compagnon aujourd’hui, enfants demain peut-être, ce qui implique la crèche, l’école… mon exercice rêvé, c’est à la campagne. Mais comme de plus je souhaite aussi me tourner vers la recherche, via un poste de chef de clinique, il est clair qu’il faut trouver un cabinet pas trop loin d’une ville universitaire… ». La jeune femme est donc à l’aube de sa recherche, et reconnaît n’avoir jamais véritablement songé à exercer en solo. « En groupe, on peut échanger entre confrères, obtenir une qualité de vie personnelle et professionnelle plus grande que tout seul. D’ailleurs, les généralistes plus âgés que j’ai rencontrés au cours de mes différents stages étaient les premiers à reconnaître que nous avions raison de ne pas vouloir travailler comme des fous ».

*En dernière année d’internat à Strasbourg.
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 22

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir