Epidémie - La grippe, invitée surprise du réveillon

EpidémieLa grippe, invitée surprise du réveillon

29.12.2010

Depuis la semaine de Noël, la grippe est passée en phase épidémique sur l’Hexagone. D’après les réseaux Grog et Sentinelles, c’est pour l’instant le quart nord-ouest du pays qui est le plus touché. A ce jour, les cas observés ne suscitent pas d’inquiétudes particulières. Mais, alors que la population ne s’est pas bousculée cette année pour se faire vacciner, les autorités sanitaires rappellent qu’il est encore possible de le faire.

  • La grippe, invitée surprise du réveillon - 1

    La grippe, invitée surprise du réveillon

La grippe a attendu Noël pour prendre un tour épidémique. Mais cette fois, plus de doute possible. Depuis la semaine dernière, la grippe a en effet franchi le seuil épidémique. Les deux réseaux, GROG et Sentinelles Inserm, chargés de surveiller l'évolution de la maladie en France sont formels. En France métropolitaine, 176.000 nouveaux cas de syndromes grippaux (fièvre supérieure à 39°C, d'apparition brutale, accompagnée de myalgies et de signes respiratoires) ont été vus la semaine dernière en médecine générale, rapporte le réseau Sentinelles Inserm. Au sein de ceux-ci, le réseau estime le nombre de consultations attribuables à la grippe stricto sensu à 111 000. Au total, le taux de 280 nouveaux cas pour 100.000 habitants a été observé du 20 au 26 décembre, c’est-à-dire sensiblement au-dessus du seuil épidémique (174 cas pour 100.000 habitants) et bien au-delà des taux constatés lors de la semaine du 12 au 19 décembre (168) et du 6 au 12 décembre (88). «Les virus grippaux provoquent maintenant une épidémie» en France métropolitaine, confirme également le réseau GROG (Groupes régionaux d'observation de la grippe) qui relève que les Infections Respiratoires Aiguës (IRA) sont en hausse et représentent 18% des actes de médecine générale et 26% des actes de pédiatrie.

12 régions au-delà du seuil

C’est surtout la moitié nord du pays qui est la plus touchée. Le réseau Grog pointe notamment l'Ile de France, la Basse et la Haute Normandie ainsi que le Nord Pas-de-Calais. Selon Sentinelles, douze régions de France métropolitaine avaient la semaine dernière dépassé le seuil épidémique: Nord-Pas-de-Calais (405 cas pour 100 000 habitants), Centre (399), Ile-de-France (382), Bretagne (370), Basse-Normandie (266), Franche-Comté (262), Haute-Normandie (261), Limousin (250), Poitou-Charentes (216), Rhône-Alpes (203), Aquitaine (196) et Picardie (194).

Il est encore temps pour vacciner

Evidemment, ce n’est qu’un début. Le réveillon de la St Sylvestre ne sera pas plus calme que celui de Noël. Sentinelles table sur une augmentation des syndrômes grippaux. D’autant que, cette année, les gens ne se sont pas bousculés pour se faire vacciner. Sur les 12,5 millions de personnes invitées par la Sécu à se faire vacciner gratuitement contre la grippe saisonnière seulement 5,5 l’ont fait depuis le lancement de la campagne. Début décembre, on enregistrait ainsi 15% de vaccinations en moins qu'à la même période en 2007 et 2008 !

L’épidémie semble donc bien installée, mais pour l’heure, elle ne semble pas inquiéter plus que ça les réseaux d’observation. Concernant les cas rapportés par l’Inserm la semaine dernière, l’âge médian était de 24 ans et les hommes représentaient 52% des cas. Selon Sentinelles, «les tableaux cliniques rapportés par les médecins Sentinelles ne présentaient pas de signe particulier de gravité,» aucun cas d’hospitalisation n’étant notamment rapporté. L’avis du Grog est plus circonstancié: relevant que l’épidémie est provoquée à la fois par des virus A(H1N1)2009, A(H3N2) et B, le réseau confirme que «leur impact actuel reste modéré même si des formes sévères sont signalées.» Du côté de l’INVS, avant même que l’épidémie soit déclarée, on signalait de la mi-novembre au 22 décembre, 9 cas graves dont deux décès liés à la grippe. Seules deux des neuf personnes n’avaient aucun facteur de risque. Une seule était vaccinée. Raison de plus pour que les retardataires se fassent vacciner. Au Grog, on rappelle que «l’épidémie ne faisant que commencer, les personnes à risque et retardataires peuvent encore se faire vacciner en dernière minute».

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Jean-Paul

Contre les déserts, la CSMF appelle les médecins à la « solidarité intergénérationnelle »

« Le médecin est un acteur de la cohésion sociale dans les territoires, [...] nous devons avoir une réflexion sur notre responsabilité collective. » À l'occasion de la présentation de ses vœux, ce...13

300 euros par an pour stationner : les généralistes de Colmar montent au créneau

Voiture

À Colmar (Haut-Rhin), le stationnement « relève de l’exploit ». Et depuis le 1er janvier il en coûte 300 euros par an aux médecins et infirm... 9

Élections à l'Ordre : les conseils départementaux bientôt paritaires et rajeunis

Urne

Aux urnes praticiens ! En 2018, la moitié de vos conseillers ordinaux seront renouvelés. Les Yvelines, l'Indre-et-Loire, la Saône-et-Loire,... Commenter

Gastro-entérologie L’APPENDAGITE Abonné

Appendagite

L’appendagite est souvent à l’origine d’un “ventre chirurgical”. Elle est due à des torsions, ou des inflammations d’appendices... 2

Nouvelles consultations VACCINATION, PEU DE VRAIES CONTRE-INDICATIONS Abonné

seringues

Obligation vaccinale ou pas, « un professionnel de santé peut évidemment ne pas vacciner un enfant présentant un état de santé particulier... Commenter

A découvrir