Justice - Un cabinet de Poissy condamné pour licenciement abusif

JusticeUn cabinet de Poissy condamné pour licenciement abusif

21.12.2010

Les médecins arguaient d’un licenciement économique de leur réceptionniste, suite au départ d’une de leurs associées. Mais la Cour d’appel de Versailles a estimé que le diagnostic de cancer de cette salariée était la vraie cause de leur décision. Ils devront la réintégrer et lui verser 45 000 euros.

  • Un cabinet de Poissy condamné pour licenciement abusif - 1

    Un cabinet de Poissy condamné pour licenciement abusif

Une salariée d'un cabinet médical de Poissy (Yvelines), qui avaient appris le même jour en 2005 qu'elle était atteinte d'un cancer et allait être licenciée, a obtenu la «nullité» de son licenciement devant la cour d'appel de Versailles. Dans son arrêt rendu le 14 décembre la cour retient «le caractère discriminatoire» du licenciement de la salariée, ajoutant qu'il était «entaché de nullité» et a ordonné la réintégration de cette femme avec une somme de 35.000 euros d'indemnité provisionnelle sur son préjudice et 10.000 euros au titre de son préjudice moral.

L’affaire remonte au 13 mai 2005. Ce jour-là, la salariée constate une grosseur dans son sein et demande à un de ses employeurs de l'examiner. Le médecin constate une tumeur à la palpation. Vers 19H00, les employeurs de la réceptionniste lui remettent une convocation à un entretien préalable au licenciement. Pour la cour d'appel «la concomitance entre ces deux événements laisse supposer l'existence d'une discrimination en raison de l'état de santé de la salariée». A l’inverse, le cabinet médical arguait que les médecins ne pouvaient savoir après un simple examen clinique que l'affection de la salariée était cancéreuse, et soulignait le motif économique du licenciement du fait du «départ d'une associée et la nécessité de réduire les coûts de fonctionnement du cabinet».

La salariée avait saisi le conseil des prud'hommes, qui avait déjà condamné l'employeur en 2008 pour licenciement «sans cause réelle et sérieuse». Elle avait fait appel, ainsi que le cabinet. Elle avait aussi saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde), dont l'enquête a conclu que le licenciement était «fondé sur l'état de santé» de la secrétaire et constituait «une discrimination».

Paul Bretagne (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Pétition

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas (Seine-Saint-Denis), Madeline Da Silva,  a lancé une pétition pour...8

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Canicule

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par... 6

Les IPA démarrent leur formation, leur statut et rémunération restent flous

Table ronde de l'Ordre infirmier sur les Infirmiers en pratique avancée

Très attendues, les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir