VIH - Sida : un malade guéri après une greffe ?

VIHSida : un malade guéri après une greffe ?

16.12.2010

Un américain séropositif depuis dix ans n’est plus porteur du VIH après avoir été traité par une greffe de moelle osseuse pour une leucémie. Une découverte faite par des chercheurs allemands qui ouvre de nouvelles voies de recherche dans les traitements du sida.

  • Sida : un malade guéri après une greffe ? - 1

    Sida : un malade guéri après une greffe ?

Des chercheurs allemands pensent avoir supprimé toute trace de séropositivité chez un patient et cela depuis trois ans et demi. Un article publié dans la revue Blood (8 décembre) rapporte le cas de Timothy Brown, un américain séropositif depuis dix ans qui a été traité pour une leucémie par une greffe de moelle osseuse en 2007, à l’hôpital de la Charité à Berlin. Mais les cellules souches implantées étaient un peu particulières, étant donné qu’elles provenaient d’un donneur porteur d’une rare mutation génétique héréditaire qui protège de l’infection au VIH. Le donneur présentait en effet une mutation du gène CCR5, comme c’est le cas de 1 % de la population européenne. Grâce à cela, le donneur ne possédait pas de récepteurs CCR5 à la surface de ses lymphocytes T4. Le VIH, qui entre en général dans les cellules en utilisant un récepteur CD4 couplé à un co-récepteur CCR5, ne peut alors plus coloniser les cellules immunitaires.

En2008, Timothy Brown arrête son traitement antirétroviral et en 2010 le sida n’est toujours pas détectable. Ce qui conduit les chercheurs à penser que le patient est guéri. Ce résultat est salué par la communauté scientifique. « Les médecins du patient séropositif ont eu la superbe idée de le greffer avec la moelle de ce donneur » commente le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS), interviewé par Décision Santé. Mais en aucun cas cette greffe ne peut se substituer à un traitement du sida. « Il s'agit d'une opération lourde, coûteuse et qui est susceptible d'entraîner de nombreuses infections, parfois mortelles. Sans parler évidemment du risque de rejet » poursuit-il.

Par ailleurs, selon les chercheurs allemands, il est possible que le virus soit encore présent – mais indétectable - en très petites quantités dans des cellules sanctuaires. On ne peut exclure que le virus du VIH mute pour trouver une autre voie d’entrée dans le système immunitaire, en utilisant par exemple les récepteurs CXCR4.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...6

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 2

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir