VIH - Sida : un malade guéri après une greffe ?

VIHSida : un malade guéri après une greffe ?

16.12.2010

Un américain séropositif depuis dix ans n’est plus porteur du VIH après avoir été traité par une greffe de moelle osseuse pour une leucémie. Une découverte faite par des chercheurs allemands qui ouvre de nouvelles voies de recherche dans les traitements du sida.

  • Sida : un malade guéri après une greffe ? - 1

    Sida : un malade guéri après une greffe ?

Des chercheurs allemands pensent avoir supprimé toute trace de séropositivité chez un patient et cela depuis trois ans et demi. Un article publié dans la revue Blood (8 décembre) rapporte le cas de Timothy Brown, un américain séropositif depuis dix ans qui a été traité pour une leucémie par une greffe de moelle osseuse en 2007, à l’hôpital de la Charité à Berlin. Mais les cellules souches implantées étaient un peu particulières, étant donné qu’elles provenaient d’un donneur porteur d’une rare mutation génétique héréditaire qui protège de l’infection au VIH. Le donneur présentait en effet une mutation du gène CCR5, comme c’est le cas de 1 % de la population européenne. Grâce à cela, le donneur ne possédait pas de récepteurs CCR5 à la surface de ses lymphocytes T4. Le VIH, qui entre en général dans les cellules en utilisant un récepteur CD4 couplé à un co-récepteur CCR5, ne peut alors plus coloniser les cellules immunitaires.

En2008, Timothy Brown arrête son traitement antirétroviral et en 2010 le sida n’est toujours pas détectable. Ce qui conduit les chercheurs à penser que le patient est guéri. Ce résultat est salué par la communauté scientifique. « Les médecins du patient séropositif ont eu la superbe idée de le greffer avec la moelle de ce donneur » commente le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS), interviewé par Décision Santé. Mais en aucun cas cette greffe ne peut se substituer à un traitement du sida. « Il s'agit d'une opération lourde, coûteuse et qui est susceptible d'entraîner de nombreuses infections, parfois mortelles. Sans parler évidemment du risque de rejet » poursuit-il.

Par ailleurs, selon les chercheurs allemands, il est possible que le virus soit encore présent – mais indétectable - en très petites quantités dans des cellules sanctuaires. On ne peut exclure que le virus du VIH mute pour trouver une autre voie d’entrée dans le système immunitaire, en utilisant par exemple les récepteurs CXCR4.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir