Médecine de proximité - En AG ce week-end, MG exigera des décisions rapides

Médecine de proximitéEn AG ce week-end, MG exigera des décisions rapides

08.12.2010

MG France qui réunit ce week end son assemblée générale annuelle est plutôt satisfait des annonces du Président de la République. Mais le syndicat prévient que si aucune annonce n’intervenait avant la fin janvier, il pourrait relancer la mobilisation des généralistes.

  • En AG ce week-end, MG exigera des décisions rapides - 1

    En AG ce week-end, MG exigera des décisions rapides

Le rapport Hubert ? Très intéressant même s’il y a des critiques à faire. Les suggestions de Nicolas Sarkozy sur la refonte de la rémunération ? Oui, mais des annonces doivent être faites dès le début de l’année 2011. Le retour de Xavier Bertrand au ministère de la Santé ? Nous avons l’impression d’être écoutés mais nous restons un partenaire exigeant. À la veille de son assemblée générale élective ce week-end, MG France veut se montrer sous son jour réformiste mais ferme devant les pouvoirs publics. « Notre AG décidera des modalités de mobilisation si les actes ne devaient pas suivre rapidement les annonces du gouvernement » prévient Claude Leicher, son président élu l’année dernière, sur une ligne justement plus contestatrice que son prédécesseur Martial Olivier-Koehret. « La colère des généralistes est loin d’être éteinte et pour mettre fin au désamour, il faudra des mesures rapides, » ajoute le Dr Leicher. Parmi elles, MG France compte son cheval de bataille : tirer toutes les conséquences de l’accession de la médecine générale au rang de spécialité. C’est-à-dire avoir accès au-delà du Cs à la nomenclature du spécialiste, toute la nomenclature y compris la MPC (majoration transitoire dont sont explicitement exclus les généralistes par la convention, insiste MG France) et la MCS (la majoration de coordination réservée aux spécialistes, alors que ce sont justement les généralistes qui font un travail de coordination, dit MG France). Le tout qui ferait porter la consultation du généraliste comme celle de tout spécialiste à 28 euros à la base.

C’est certainement pour cela que MG France s’obstine dans la voie judiciaire alors que le combat pour le Cs a été gagné politiquement. En avril, la cour de Cassation donnait tort au Dr Leicher et aux autres généralistes de la Drôme pour avoir coter en Cs, les renvoyant à la Cour d’appel de Lyon. « Nous attendons ce rendez-vous pour l’année prochaine avec impatience et en cas d’échec nous irons jusqu’à la Cour européenne des Droits de l’Homme pour faire reconnaître pleinement la spécialité de médecine générale » explique Claude Leicher qui reconnaît néanmoins que MG France n’a plus lancé de nouvelles actions sur le Cs, alors que celui-ci sera définitivement accessible aux généralistes qualifiés dès le 1er janvier.

Autre demande : la généralisation du forfait médecin traitant, au-delà des seuls patients en ALD, même si son montant peut être discuté. Comme Nicolas Sarkozy, MG France pense que le forfait peut également être modulé selon la zone géographique pour inciter les médecins à s’installer dans les zones déficitaires.

C’est à la même date que va entrer en vigueur la taxe sur les feuilles de soins papiers pour ceux qui télétransmettent moins de 75 % de leurs feuilles de soins. MG France demande l’abaissement de ce seuil à 50 %. « Nous avons lancé une petite enquête en interne auprès de généralistes qui télétransmettent depuis le début, il est parfois difficile d’atteindre les 75 % même avec de la bonne volonté » explique Claude Leicher qui trouve normal qu’on incite à télétransmettre, mais que la fixation d’un seuil n’a pas de sens. Dans le même temps, les aides à la télétransmission ne seront versées que pour la dernière version de Sesam Vitale alors que la mise à jour du logiciel coûte plus cher (1 600 euros selon le Dr Leicher) que l’aide promise (250 euros + 0,07 euros par FSE). Enfin, pour ce qui est du volet accès aux soins, MG France demande la généralisation du tiers payant, de façon « simple et pragmatique ». On saura, ce week end, si cette ligne est validée par la base du syndicat.

Véronique Hunsinger
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...5

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 1

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir