Responsabilité - Deux décisions de justice sévères pour les médecins

ResponsabilitéDeux décisions de justice sévères pour les médecins

23.10.2010

Deux arrêts de la cour de cassation viennent d’étendre la responsabilité des praticiens. Le premier concernait un décès des suites d’une grippe. Le second portait sur une prescription d’aspirine au lieu de paracétamol.

  • Deux décisions de justice sévères pour les médecins - 1

    Deux décisions de justice sévères pour les médecins

La justice n’est pas tendre avec les médecins et de plus en plus prompte à reconnaître leur responsabilité. Dans deux arrêts rendus le 14 octobre, la Cour de cassation vient de se montrer particulièrement sévère à l’encontre des praticiens, estimant dans le premier arrêt qu’un praticien pouvait être tenu pour responsable, même si la perte de chance de son patient n’était pas avérée, et dans le second qu’il était dans certains cas possible de retenir la faute du praticien, même sans erreur de ce dernier.

Dans la première affaire, la plainte émanait de la famille d’une femme décédée d’un syndrome respiratoire aiguë par suite d’une grippe. Et si la Cour d’appel de Rennes avait retenu comme une faute du praticien son hospitalisation trop tardive, elle estimait néanmoins que rien ne permettait de penser qu’une décision plus précoce aurait sauvé la vie du patient, la perte de chance n’était donc pas établie. La Cour de cassation n’a pas retenu cette position, et considère que, dans un pareil cas, dès lors que la faute du médecin est établie, il ne peut plus exonérer sa responsabilité.

La deuxième décision du même jour pousse encore plus loin la responsabilité d’un médecin, puisque l’arrêt estime que l’on peut mettre en cause celle-ci, sans même qu’il y ait d’erreur médicale stricto sensu. A l'origine du litige, c’est pourtant le pharmacien qui avait, par erreur, délivré une boîte de Catalgine à 0,5 mg alors que le médecin avait prescrit de la Catalgine à 0,10 mg. Un bébé soigné pour une rhinopharyngite avait ensuite été victime d’un surdosage d'acide salicylique. Dans cette affaire, la Cour de cassation ne s’est pas contentée de retenir la responsabilité du pharmacien, mais aussi celle du médecin. Motif : ce dernier avait prescrit de l’aspirine, présentant davantage de risques que le paracétamol. Et elle en a déduit que même s'il n'avait pas commis d'erreur, ce médecin n'avait pas donné un soin approprié. Selon les experts -conformément aux recommandations de l’AFSSAPS- le médicament de référence était en effet le paracétamol, présentant moins d'inconvénients que l’aspirine. En suivant ces recommandations, le médecin aurait évité le risque d’erreur du pharmacien, ont estimé les juges, qui en ont conclu que les soins n'avaient pas été conformes aux données actuelles de la science. Morale de l’affaire: même si le dispositif de FMC obligatoire n’est toujours pas effectif, le médecin a intérêt à s’imprégner des recommandations de bonne pratique.

PB
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir