Responsabilité - Deux décisions de justice sévères pour les médecins

ResponsabilitéDeux décisions de justice sévères pour les médecins

23.10.2010

Deux arrêts de la cour de cassation viennent d’étendre la responsabilité des praticiens. Le premier concernait un décès des suites d’une grippe. Le second portait sur une prescription d’aspirine au lieu de paracétamol.

  • Deux décisions de justice sévères pour les médecins - 1

    Deux décisions de justice sévères pour les médecins

La justice n’est pas tendre avec les médecins et de plus en plus prompte à reconnaître leur responsabilité. Dans deux arrêts rendus le 14 octobre, la Cour de cassation vient de se montrer particulièrement sévère à l’encontre des praticiens, estimant dans le premier arrêt qu’un praticien pouvait être tenu pour responsable, même si la perte de chance de son patient n’était pas avérée, et dans le second qu’il était dans certains cas possible de retenir la faute du praticien, même sans erreur de ce dernier.

Dans la première affaire, la plainte émanait de la famille d’une femme décédée d’un syndrome respiratoire aiguë par suite d’une grippe. Et si la Cour d’appel de Rennes avait retenu comme une faute du praticien son hospitalisation trop tardive, elle estimait néanmoins que rien ne permettait de penser qu’une décision plus précoce aurait sauvé la vie du patient, la perte de chance n’était donc pas établie. La Cour de cassation n’a pas retenu cette position, et considère que, dans un pareil cas, dès lors que la faute du médecin est établie, il ne peut plus exonérer sa responsabilité.

La deuxième décision du même jour pousse encore plus loin la responsabilité d’un médecin, puisque l’arrêt estime que l’on peut mettre en cause celle-ci, sans même qu’il y ait d’erreur médicale stricto sensu. A l'origine du litige, c’est pourtant le pharmacien qui avait, par erreur, délivré une boîte de Catalgine à 0,5 mg alors que le médecin avait prescrit de la Catalgine à 0,10 mg. Un bébé soigné pour une rhinopharyngite avait ensuite été victime d’un surdosage d'acide salicylique. Dans cette affaire, la Cour de cassation ne s’est pas contentée de retenir la responsabilité du pharmacien, mais aussi celle du médecin. Motif : ce dernier avait prescrit de l’aspirine, présentant davantage de risques que le paracétamol. Et elle en a déduit que même s'il n'avait pas commis d'erreur, ce médecin n'avait pas donné un soin approprié. Selon les experts -conformément aux recommandations de l’AFSSAPS- le médicament de référence était en effet le paracétamol, présentant moins d'inconvénients que l’aspirine. En suivant ces recommandations, le médecin aurait évité le risque d’erreur du pharmacien, ont estimé les juges, qui en ont conclu que les soins n'avaient pas été conformes aux données actuelles de la science. Morale de l’affaire: même si le dispositif de FMC obligatoire n’est toujours pas effectif, le médecin a intérêt à s’imprégner des recommandations de bonne pratique.

PB
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Pétition

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas (Seine-Saint-Denis), Madeline Da Silva,  a lancé une pétition pour...6

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Canicule

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par... 6

Les IPA démarrent leur formation, leur statut et rémunération restent flous

Table ronde de l'Ordre infirmier sur les Infirmiers en pratique avancée

Très attendues, les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir