CSMF et SML - La « contre commission Legmann » dévoile ses «100 propositions»

CSMF et SMLLa « contre commission Legmann » dévoile ses «100 propositions»

30.09.2010

La CSMF et le SML ont bouclé leur concertation sur le renouveau de la médecine libérale. Ils ont présenté jeudi le résultat de leurs auditions sous forme de nombreuses propositions. On y relève une nette convergence de vue entre les deux syndicats. Et quelques suggestions pour assouplir le statut libéral.

  • La « contre commission Legmann » dévoile ses «100 propositions» - 1

    La « contre commission Legmann » dévoile ses «100 propositions»

Après la mission Legmann sur le « nouveau modèle de la médecine libérale » et avant le rapport d’Élisabeth Hubert sur la « médecine de proximité », la CSMF et le SML ont rendu publique jeudi, 100 propositions issues de leurs réflexions au sein de la « commission pour l’avenir libéral de la médecine » (ou CALM). Curieusement, les deux syndicats qui se sont autosaisis de la question ont attendu le lendemain de la clôture des élections aux URPS pour rendre publiques leurs recommandations. « Nous avons attendu le 30 septembre pour présenter ces propositions car leur finalité touche à l’avenir à long terme de la médecine libérale, l’enjeu n’était les élections aux URPS, » coupe court Michel Chassang, président de la CSMF.

Au printemps, les deux alliés, signataires de la convention de 2005, avaient boudé la commission Legmann, en raison de la présence au sein de celle-ci de Christian Saout, le président du CISS, qui avait tenu des propos très maladroits sur les médecins (c’est l’affaire « sacs à mains et playmobils »). D’où l’organisation de cette sorte de « contre commission Legmann » à laquelle la FMF et MG France ont refusé de participer.

Ses travaux se sont déroulés sous forme d’auditions d’une quarantaine de personnalités ainsi que de contributions écrites. « Nous avons d’abord recueilli le constat fait par les personnes auditionnées, explique Michel Chassang. Puis nous leur avons demandé de formuler des propositions pour l’avenir, et ensuite le CALM a choisi celles qu’elle souhaitait retenir ». Ainsi, représentants de l’Assurance maladie, des complémentaires, de l’industrie, des autres professions de santé, experts et politiques ont été entendus. « Les auditions ont duré d’une à deux heures chacune, précise Christian Jeambrun, président du SML. Nous tenions aussi beaucoup à écouter des élus locaux car nous comprenons leurs inquiétudes ».

Au final, les 100 propositions donnent à voir un catalogue assez consensuel sur des sujets qui vont de la formation à la retraite, de la régulation des dépenses aux modes de rémunération ou des modes d’exercice aux contraintes administratives. Elles montrent aussi que les deux syndicats ont su faire bouger leurs lignes depuis quelques années. Oui aux maisons de santé « à condition que l’initiative vienne des professionnels eux-mêmes ». Oui à la diversification des modes de rémunération et même aux « forfaits structures » mais de « manière adaptée à l’exercice libéral » et à condition que le paiement à l’acte reste « majoritaire ». Oui à une organisation de l’offre de soins en niveau de « recours autour du patient », mais dans un système où « le médecin généraliste ne serait pas forcément le premier recours » et où celui-ci puisse aussi « intervenir en deuxième recours s’il le souhaite ». Oui au paiement à la performance, mais « uniquement dans le cadre conventionnel » et « uniquement sur des objectifs de santé publique, de suivi des pathologies chroniques et de prévention ».

Quelques propositions sont plus iconoclastes notamment la « limitation dans le temps de la durée de l’exercice du primo-remplaçant » et surtout le fait « d’envisager l’accréditation périodique par la profession, sous conditions de la valorisation de la démarche qualité et de création de nouvelles passerelles ».Toutes ces propositions communes montrent que la CSMF et le SML se situent toujours sur une ligne très proche dans la perspective de la prochaine convention médicale. Même s’ils tiennent à préciser qu’aucune fusion des deux syndicats n’est envisagée, ils entendent bien au soir des résultats des élections aux URPS additionner leurs voix.

Véronique Hunsinger
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 2

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir