La nouvelle stratégie vaccinale en pratique

La nouvelle stratégie vaccinale en pratique

24.09.2010

Lancée vendredi 24 septembre, la campagne nationale de vaccination 2010-2011 contre la grippe saisonnière revient aux principes habituels de la vaccination saisonnière ; la présence de la souche A(H1N1) dans le vaccin n’y change rien.

Le 10 aout dernier, l'OMS déclarait que le monde entrait en phase post-pandémique. Si le vaccin 2010-2011 contient bien la souche virale A(H1N1) de l’an dernier, pour autant on ne fait plus de cas particulier. Retour aux recommandations vaccinales saisonnières d’avant la pandémie selon le HCSP.

QUEL VACCIN ?

Pour la saison 2010-2011, l’OMS a recommandé que la souche H1N1 2009 pandémique soit incluse dans la composition des vaccins contre la grippe de l’hémisphère Nord et de l’hémisphère Sud. Les vaccins contre la grippe saisonnière disponibles en France sont donc trivalents et comportent les souches suivantes :

- A/California/7/2009 (H1N1) like virus : souche différente de celle du vaccin grippe saisonnière 2009-2010 et proche de la souche des vaccins grippe pandémique A(H1N1)2009 ;

- A/Perth/16/2009 (H3N2) : nouvelle souche par rapport au vaccin de grippe saisonnière 2009-2010 ;

- B/Brisbane/60/2008 : souche inchangée par rapport au vaccin de grippe saisonnière 2009-2010.

QUI VACCINER CONTRE LA GRIPPE SAISONNIÈRE

-› En population générale :

= Personnes âgées de 65 ans et plus

= Enfants à partir de l’âge de 6 mois et adultes, y compris les femmes enceintes présentant des facteurs de risque pour la grippe saisonnière, à savoir :

- Affections bronchopulmonaires chroniques, dont asthme, dysplasie bronchopulmonaire et mucoviscidose. Rappelons que les pathologies bronchopulmonaires chroniques en question incluent les pathologies bronchopulmonaires chroniques liées aux malformations des voies aériennes supérieures ou inférieures, aux malformations pulmonaires et aux malformations de la cage thoracique.

- Cardiopathies congénitales mal tolérées, insuffisances cardiaques graves et valvulopathies graves.

- Néphropathies chroniques graves, syndromes néphrotiques purs et primitifs.

- Drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalassodrépanocytose.

- Diabète insulinodépendant ou non insulinodépendant ne pouvant être équilibré par le seul régime.

- Dysfonctionnement du système immunitaire.

- Personnes âgées de 6 mois et plus infectées par le VIH, quels que soient leur âge et leur statut immuno-virologique.

= Personnes séjournant dans un établissement ou service de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement14, quel que soit leur âge.

= Enfants et adolescents (de 6 mois à 18 ans) dont l’état de santé nécessite un traitement prolongé par l’acide acétylsalicylique.

= Entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de bronchodysplasie et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire (cf supra), neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection longue durée.

-› Le populations exposées à des risques professionnels :

= Professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe sévère.

= Personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et personnel de l’industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides).

LES VACCINS DISPONIBLES

Les vaccins trivalents disponibles en officine depuis le 20 septembre sont : Agrippal®, Gripguard®, Influvac®, Fluarix®, Immugrip®, Mutagrip®, Vaxigrip® et Tetagrip®.

Le vaccin Gripguard® est le seul à contenir des adjuvants ; il est réservé à la vaccination des personnes âgées de 65 ans et plus.

COMMENT VACCINER

La stratégie vaccinale pour les vaccins trivalents varie selon l’âge.

-› La règle générale correspond à l'administration d'une dose unique.

-› Les enfants de moins de 9 ans relevant de l’indication vaccinale devront recevoir deux injections du vaccin saisonnier trivalent 2010-2011, à l’exception de ceux qui ont reçu en 2009-2010 une dose de Pandemrix® ou de Focetria® ou deux doses de Panenza® et qui ont été vaccinés les saisons précédentes, y compris en 2009, contre la grippe saisonnière. Dans ce cas, ils ne recevront qu’une seule injection de vaccin trivalent.

-› Pour les enfants âgés de 6 à 35 mois, la règle est la même mais les doses sont réduites de moitié. En cas de deux injections de demi-doses, il convient de les espacer d'au moins 4 semaines.

EXIT LE VACCIN MONOVALENT A(H1N1)

Alors que le Haut Conseil de Santé Publique dans sa version du 25 juin 2010, préconisait l’usage du vaccin monovalent A(H1N1) chez les sujets non éligibles au vaccin contre la grippe saisonnière mais considérés l’an dernier à risque vis-à-vis du A(H1N1) (grossesse, obésité, maladies endocriniennes et métaboliques). Cette option est désormais obsolète puisque le virus A(H1N1) a perdu sa virulence pandémique spécifique et se comporte désormais comme un banal virus grippal saisonnier (lire article p. ???).

Bibliographie

1- Haut Conseil de Santé Publique. Avis relatif à l’actualisation de la stratégie vaccinale grippe, saison 2010-2011, suite à la déclaration officielle de fin de pandémie par l’OMS. 24 septembre 2010. http://www.hcsp.fr

2- Haut Conseil de Santé Publique. Avis sur la stratégie vaccinale grippe pour la saison 2010-2011 du 23 avril 2010 et son actualisation du 25 juin 2010.

3- Afssaps. Bilan actualisé de pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1). Mai 2010. http://www.afssaps.fr/var/afssaps_site/storage/original/application/e41f...

Hugues Modelon et Dr Linda Sitruk (fmc@legeneraliste.fr) sous la direction du Pr Daniel Floret (Professeur de pédiatrie, université Claude Bernard Lyon1, hôpital Femme-Mère-Enfant, Bron, président du Comité technique des vaccinations).
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

ROSP clinique : autant de généralistes gagnants que de perdants, assure la CNAM

Les médecins généralistes ont-ils tous subi une baisse importante de leur rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour 2017 ? Selon les chiffres communiqués début avril par l'Assurance...3

Travailler plus pour désengorger les urgences : les généralistes exaspérés par le rapport Mesnier

Salle d'attente

Quelques heures seulement après la remise du rapport Mesnier sur les soins non programmés, les premières réactions se font entendre. Le... 5

Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l'Académie

Académie de médecine

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir