Les signataires du CAPI progressent plus que les autres

Les signataires du CAPI progressent plus que les autres

17.09.2010

Sur le suivi des pathologies chroniques, « les médecins signataires du CAPI ont réalisé des progrès importants sur cet axe, avec l’ensemble des indicateurs à la hausse » note la CNAMTS. Dans leur patientèle, 12 000 personnes diabétiques supplémentaires ont bénéficié des trois ou quatre dosages d’hémoglobine glyquée, 5 000 fonds d’œil, 7000 autres diabétiques à haut risque cardiovasculaire, d’un traitement par statine et 5 000 par aspirine à faible dose. Ces indicateurs progressent pour tous, mais en moyenne trois fois plus vite chez les signataires. Au chapitre de la prévention, les progrès des signataires sont un peu moins significatifs. Le taux de dépistage du cancer du sein demeure totalement inchangé (65,3 % des patientes). La vaccination contre la grippe saisonnière progresse peu (+0,7 % à 64,4 % chez les signataires contre +0,3 % à 63,6 % chez les autres). La lutte contre la iatrogénie a un peu plus mobilisé les signataires : 18 000 de leurs patients âgés ont arrêté les vasodilatateurs et 10 000 les benzodiazépines à demi-vie longue. Enfin pour le volet « optimisation des prescriptions », les résultats obtenus par les signataires du CAPI sont « satisfaisants » dit la CNAMTS. La prescription d’aspirine à faible dose a augmenté de 1,4 point (0,6 point pour les non-signataires). Le recours aux IEC plutôt qu’aux sartans progresse de 1,3 point chez les signataires mais recule de -0,5 point pour les autres. Les prescriptions d’IPP et d’anti-hypertenseurs dans le répertoire ont fortement augmenté (en raison surtout de la générication de molécules importantes notamment le pantoprazole), les signataires du CAPI faisant un peu mieux que les autres. Pour les autres classes thérapeutiques, les signataires du CAPI suivent le même mouvement que leurs confrères de légère fuite du répertoire pour des médicaments plus récents, mais dans une moindre mesure. « On voit que les changements de comportements vont à vitesse très lente, constate le Pr Hubert Allemand, médecin conseil national de la CNAMTS. Mais les CAPI ont un effet incitatif incontestable ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Baclofène

Sécurité du baclofène: l'étude Baclophone plutôt rassurante

Les études sur la sécurité du Baclofène se suivent et ne se ressemblent pas … Alors que début juillet l’étude en vie réelle menée conjointement par la CNAM et l’ANSM mettait en évidence « un profil...1

Santé des migrants : le comité d'éthique prend la défense de l'AME

CCNE

Le comité consultatif national d’éthique rendait lundi matin son avis sur la santé des migrants. Un avis qui rejoint les rapports récents... 1

Le Français aime son généraliste, mais un peu moins que son voisin Allemand...

.

Les Français ont une excellente opinion de leurs médecins généralistes. La dernière enquête Odoxa le confirme : 81 % ont une assez bonne... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 1

A découvrir