Infectiologie - La menace NDM1 se confirme

InfectiologieLa menace NDM1 se confirme

27.08.2010

Deux nouveaux cas de malades infectés ont été identifiés vendredi 27 août en Autriche, selon le ministère de la santé autrichien. NDM-1 (New Dehli Metallico-beta-lactamase 1) fait peser le risque d’une diffusion de résistance aux bactéries selon une étude publiée mi-août dans la revue britannique The Lancet Infectious Diseases. Un phénomène pris très au sérieux par la Direction Générale de la Santé

  • La menace NDM1 se confirme - 1

    La menace NDM1 se confirme

Deux cas de malades infectés par la bactérie de type NDM-1, résistante aux antibiotiques, ont été identifiés en Autriche, chez des personnes ayant été contaminées dans des hôpitaux à l'étranger, a annoncé vendredi le ministère de la Santé Autrichien. Les deux patients ont été traités par la clinique universitaire de Graz (sud-est de l'Autriche), l'une venait du Pakistan et a été soignée et guérie, la seconde venue du Kosovo est toujours en traitement, selon un communiqué du ministère. Le même jour, le site internet du Progrès rapportait que deux patientes hospitalisées au CHU de Saint-Etienne (Loire) ont présenté un cas de résistance aux antibiotiques. L'une des patientes, arrivée d'Inde, est infectée par la bactérie multi-résistante NDM-1, dont seul un cas avait été décelé jusqu'à présent en France. L'autre patiente, revenue du Maghreb, a aussi présenté une résistance aux antibiotiques mais la bactérie NDM-1 n'en était chez elle qu'au stade dit de "portage", c'est-à-dire qu'elle n'a pas provoqué d'infection.

NDM1 est le nom de code d’un gène de résistance qui s'est propagé dans plusieurs types de bactéries, un phénomène mis en évidence par une étude publiée mi-août par The Lancet. Ce gène permet la synthèse d'une enzyme qui inactive la majorité des antibiotiques disponibles, y compris les carbapénèmes, réservés aux infections très sévères. Les bactéries deviennent multirésistantes et donc extrêmement difficiles à traiter. Le problème majeur est que NDM-1 n’est pas seulement nosocomial mais touche des entérobactéries fréquentes dans les infections communautaires. Il est donc possible que la résistance se diffuse facilement en-dehors des structures hospitalières.

Le réservoir se situe dans le sous-continent indien : Pakistan, Inde, Bangladesh. Ces bactéries se transmettent par voie féco-orale par les mains sales ou les objets contaminés et elles peuvent être importés par des patients hospitalisés en Inde. Le tout premier cas a été identifié en 2008, en Suède, chez un patient d'origine indienne transféré depuis un hôpital indien vers un centre de soins suédois. Un cas a été rapporté en France en Avril 2010 chez un patient ayant été hospitalisé en Inde. « Il est simplement porteur et ne présente pas d’infection liée à la bactérie » indiquait la Direction Générale de la Santé. Par ailleurs, une grande partie des cas importés proviennent du « tourisme médical », une pratique très prisée outre-Manche.

Selon le communiqué du 17 Août 2010 de la Direction Générale de la Santé après avis du Haut Conseil de Santé Publique, les principales mesures devraient comporter :

-mise en œuvre d’un dépistage de ces bactéries chez les patients provenant d’un hôpital étranger

-renforcement des mesures d’hygiène autour de ces patients

-surveillance nationale accrue de la résistance à certains antibiotiques

-rappel du bon usage des antibiotiques

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir