Exercice - Les femmes-médecins sont-elles si différentes de leurs confrères ?

ExerciceLes femmes-médecins sont-elles si différentes de leurs confrères ?

21.08.2010

La féminisation de la profession est-elle un risque pour la démographie médicale, comme le prétendent certains ? Est-elle une chance pour la médecine générale et une occasion de réinventer sa façon d’exercer, comme d’autres le soutiennent ? A rebours des explications toutes faites, Le Généraliste a dépoussiéré les clichés pour essayer de démêler le "vrai" du "faux" sur les femmes médecins.

  • Les femmes-médecins sont-elles si différentes de leurs confrères ? - 1

    Les femmes-médecins sont-elles si différentes de leurs confrères ?

C’est une rumeur persistante qui circule depuis plusieurs mois et qu’on répète avec un air fataliste comme un avertissement. À la faculté de médecine de Tours, il n’y aurait plus un seul étudiant en deuxième année, mais plus que des étudiantes ! Renseignements pris auprès du service de la scolarité de cette université, c’est complètement faux. Sur les 1 260 inscrits en PCEM1 à la rentrée 2009, on compte 761 filles. Une répartition comparable en deuxième année : 149 étudiantes et 110 étudiants. Bien malin qui pourrait dire d’où vient cette fausse information. Mais ce « fake » en dit long sur les inquiétudes que continue de susciter la féminisation de la profession médicale. Encore, au début des années 2000, responsables syndicaux, ordinaux et politiques n’hésitaient pas à évoquer ouvertement les « dangers » qu’allait faire courir la féminisation à l’offre de soins. En 1999, le CNOM estimait qu’il faudrait « trois médecins femmes pour remplacer deux médecins hommes qui partent à la retraite »...

Ce discours est désormais en partie remis en cause. Entre temps, les multiples études sur la démographie médicale entreprises dans les années 2000 ont montré que les comportements, le temps de travail et les modes d’exercice des femmes et des hommes médecins se rapprochent et vont probablement finir par se confondre en même temps que la parité sera atteinte.

39% des médecins sont des femmes

Actuellement, 39 % des médecins en activité sont des femmes. Mais depuis 2001, les étudiantes sont majoritaires à l’obtention du diplôme de médecine et aujourd’hui les deux tiers des étudiants sont des étudiantes. En médecine générale, elles représentent 43 % des effectifs, mais moins de 30% en libéral. Mais déjà les deux tiers des internes de médecine générale sont des femmes. Ainsi, selon les dernières projections de l’ONDPS, en 2030, les femmes représenteront 53,4 % de l’ensemble des médecins et 56,4 % des généralistes. Conséquence de cette évolution, les femmes médecins sont plus jeunes en moyenne que les hommes (48 ans contre 52 ans).

Compte tenu de ces évolutions, les spécificités prêtées à l’exercice médical au féminin ne seraient-ils pas davantage les caractéristiques d’une génération ? Et si la féminisation ne faisait que mettre en lumière les aspirations des jeunes ? « La féminisation de la médecine a favorisé une prise de conscience de la part des confrères masculins qui ne travailleront plus dans les mêmes conditions que les générations antérieures » notait en 2006 le Dr Irène Kahn-Bensaude, dans un rapport du CNOM sur la « féminisation de la profession, une chance à saisir ». Dans cette optique, Le Généraliste a passé au crible 15 idées reçues sur les femmes médecins (cliquez ci-dessous pour y accéder). Quitte à remettre en question certains clichés sur les généralistes au féminin...

Dossier réalisé par Véronique Hunsinger
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...10

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 2

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir