Facs - Une rentrée universitaire sous le signe de la réforme de la 1ère année de médecine

FacsUne rentrée universitaire sous le signe de la réforme de la 1ère année de médecine

13.08.2010

A la rentrée prochaine, carabins et potards se retrouveront dans les mêmes amphis en première année. La réforme de Valérie Pécresse, vise aussi à permettre à ceux qui échouent plus de possibilités de réorientation, et à ouvrir la médecine à des diplômés d’horizons non scientifiques.

  • Une rentrée universitaire sous le signe de la réforme de la 1ère année de médecine - 1

    Une rentrée universitaire sous le signe de la réforme de la 1ère année de médecine

Le PCEM 1 est mort, vive la PACE, première année commune des études de santé ! Les futurs bacheliers tentés par des études médicales et qui planchent sur le bac ces jours-ci, devront assimiler dès la rentrée prochaine les nouvelles règles du jeu. La réforme Pécresse qui s’appliquera à partir de la rentrée prochaine vise à lutter contre un taux d'échec de 80%. «L'objectif premier est la lutte contre le gâchis humain que représentait pour une majorité d'étudiants la première année de médecine ou de pharmacie», explique, satisfaite, la ministre des Université en présentant les principaux points de cette réforme votée par le Parlement en juin 2009. On retiendra d’abord que la première année s’élargit en un tronc commun aux principales filières de santé : médecine, dentaire, sages-femmes, comme c’était le cas jusqu’à présent, mais aussi pharmacie.

Deuxième changement de taille : ce ne sera plus le rang au concours de fin d’année qui offira la filière de son choix aux étudiants en fin de première année, mais l’option préalable pour des concours distincts. Désormais, chacun pourra donc choisir de passer le ou les concours qu'il souhaite. Année commune, mais menu diversifié : le contenu des enseignements est modifié avec un tronc commun au premier semestre et des enseignements spécifiques au second. Et les coefficients des différentes disciplines seront adaptés à la filière choisie.

La réforme ne remet pas en cause le numerus clausus (7.403 places en 2009-2010 en médecine, 1.154 en odontologie, 1.016 en sage-femme et 3.090 en pharmacie), mais, pour la première fois, le redoublement ne sera autorisé que pour les étudiants dont le rang précèdera 2,5 fois le numerus clausus. Valérie Pécresse entend tout simplement éviter aux étudiants de perdre leur temps, citant le cas extrème «d’un bon étudiant qui pouvait perdre deux ans en première année de pharmacie, puis perdre deux nouvelles années en première année de pharmacie et perdre en tout quatre ans.»

Nouvelles passerelles et droit aux remords

En outre, la ministre veut ouvrir des perspectives pour les étudiants qui échouent. Les étudiants en échec à la fin du premier semestre pourront en effet, à partir de la rentrée 2012, se réorienter en licence, scientifique ou non. Ces passerelles «sortantes» se mettent en place progressivement fac par fac, mais elles doivent toutes être effectives pour la rentrée 2012-2013.

Dans l'autre sens, des passerelles «entrantes» permettront à des étudiants d'autres filières (diplômés d'école de commerce grade master, diplômés d'instituts d'études politiques grade master, ingénieur diplômé, diplômé docteur vétérinaire, diplômé sage-femme etc) d'intéger les études de santé en deuxième ou troisième années. Cela doit «permettre par exemple à des infirmières motivées de devenir médecins», a expliqué Valérie Pécresse, qui juge indispensable cette logique de passerelles, «parce que l’on ne sait pas à 18 ans, ce que l’on voudra faire toute sa vie.» Enfin, dans la même logique, un «droit aux remords» est instauré: un étudiant en 3ème année de médecine qui aurait aussi été reçu en dentaire en fin de 1ère année et qui regretterait d'avoir finalement choisi médecine pourra exercer et s'orienter vers le dentaire dès sa troisième année. Toutes ces passerelles sont organisées par des arrêtés qui doivent sortir cet été et ont été soumis le 21 juin au conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Baclofène

Sécurité du baclofène: l'étude Baclophone plutôt rassurante

Les études sur la sécurité du Baclofène se suivent et ne se ressemblent pas … Alors que début juillet l’étude en vie réelle menée conjointement par la CNAM et l’ANSM mettait en évidence « un profil...1

Santé des migrants : le comité d'éthique prend la défense de l'AME

CCNE

Le comité consultatif national d’éthique rendait lundi matin son avis sur la santé des migrants. Un avis qui rejoint les rapports récents... 1

Le Français aime son généraliste, mais un peu moins que son voisin Allemand...

.

Les Français ont une excellente opinion de leurs médecins généralistes. La dernière enquête Odoxa le confirme : 81 % ont une assez bonne... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 1

A découvrir