Vade mecum - Les réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

Vade mecumLes réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

10.08.2010

• Récupérez. Après avoir assurer la garde tout le week end sur votre secteur, vous n’êtes pas au mieux de votre forme. Prenez votre lundi matin pour dormir.

• Ecoutez. Sur une consultation de 16 minutes en médecine générale, le patient n’aurait que 30 secondes en moyenne pour exposer son problème. Il faut lui laisser le temps d’exprimer ses doléances et hypothèses.

• Expliquez. « Le temps passé à expliquer vous permettra d’éviter bien des déboires. » Ne pas hésiter à expliquer au patient les symptômes et l’évolution prévisible de sa pathologie ou à relire avec lui une ordonnance.

• Anticipez. Vérifiez que vous avez-vous toujours le matériel et les médicaments non périmés pour faire face aux urgences majeures ? Anticipez des évènements rares, mais dramatiques du type chocs anaphylactiques.

• N’improvisez pas. « Travaillez sans connaître à l’avance le nombre de personnes que vous allez voir, ni le type de pathologies que vous allez rencontrer peut constituer une source d’erreurs. » Pourquoi ne pas instituer des consultations sur rendez-vous ?

• Communiquez. En cabinet de groupe, tenir à jour un cahier de transmission entre les différents collaborateurs (internes, remplaçants, associés, secrétaires) et organiser des réunions périodiques de « sécurité patients ».

• Coordonnez. Pour bien coordonner les soins, il faut se poser des questions dont la réponse peut paraître évidente : comment vous sont communiqués en urgences les résultats de biologie ou de radiologie anormaux ? quels sont les délais de rendez-vous et les tarifs des spécialistes correspondants ?

• Notez vos erreurs. Prenez l’habitude de relever dans un carnet tous les incidents qui surviennent dans votre pratique. Puis procédez seuls ou dans le cadre d’un groupe de pairs à leur analyse.

• Acceptez la critique. Écoutez « avec bienveillance » les retours critiques des pharmaciens et des autres professionnels de santé et remerciez-les.

• Remettez en cause des avis. « Nous avons parfois des difficultés à contredire un médecin en situation hiérarchique forte. » N’hésitez pas à remettre en cause certaines affirmations d’un spécialiste.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Arrêt d'activité

Agacé par le départ inopiné de confrères, un généraliste réclame un encadrement plus strict de la fin d'activité

Deux poids, deux mesures pour la médecine libérale ? Le Dr Nicolas Thual, généraliste à Brehan (Morbihan), s’interroge. Dans son secteur, deux confrères ont raccroché il y a peu et deux autres s...14

Buzyn veut un tiers payant généralisable fin 2019, les médecins refusent toujours toute obligation

TPG

Le ministère de la Santé attendait la remise du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour fixer le calendrier de... 1

[Vidéo] Vaccination des nourrissons : que faire en cas de refus des parents ?

Vaccination d'un nourrisson

La semaine européenne de la vaccination (du 23 au 29 avril) est l'occasion de revenir sur l'obligation vaccinale des nourrissons effective... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir