Vade mecum - Les réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

Vade mecumLes réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

10.08.2010

• Récupérez. Après avoir assurer la garde tout le week end sur votre secteur, vous n’êtes pas au mieux de votre forme. Prenez votre lundi matin pour dormir.

• Ecoutez. Sur une consultation de 16 minutes en médecine générale, le patient n’aurait que 30 secondes en moyenne pour exposer son problème. Il faut lui laisser le temps d’exprimer ses doléances et hypothèses.

• Expliquez. « Le temps passé à expliquer vous permettra d’éviter bien des déboires. » Ne pas hésiter à expliquer au patient les symptômes et l’évolution prévisible de sa pathologie ou à relire avec lui une ordonnance.

• Anticipez. Vérifiez que vous avez-vous toujours le matériel et les médicaments non périmés pour faire face aux urgences majeures ? Anticipez des évènements rares, mais dramatiques du type chocs anaphylactiques.

• N’improvisez pas. « Travaillez sans connaître à l’avance le nombre de personnes que vous allez voir, ni le type de pathologies que vous allez rencontrer peut constituer une source d’erreurs. » Pourquoi ne pas instituer des consultations sur rendez-vous ?

• Communiquez. En cabinet de groupe, tenir à jour un cahier de transmission entre les différents collaborateurs (internes, remplaçants, associés, secrétaires) et organiser des réunions périodiques de « sécurité patients ».

• Coordonnez. Pour bien coordonner les soins, il faut se poser des questions dont la réponse peut paraître évidente : comment vous sont communiqués en urgences les résultats de biologie ou de radiologie anormaux ? quels sont les délais de rendez-vous et les tarifs des spécialistes correspondants ?

• Notez vos erreurs. Prenez l’habitude de relever dans un carnet tous les incidents qui surviennent dans votre pratique. Puis procédez seuls ou dans le cadre d’un groupe de pairs à leur analyse.

• Acceptez la critique. Écoutez « avec bienveillance » les retours critiques des pharmaciens et des autres professionnels de santé et remerciez-les.

• Remettez en cause des avis. « Nous avons parfois des difficultés à contredire un médecin en situation hiérarchique forte. » N’hésitez pas à remettre en cause certaines affirmations d’un spécialiste.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Sénat

Conventionnement sélectif : une centaine de sénateurs de droite reviennent à la charge sans succès

Grand classique des discussions parlementaires, le conventionnement sélectif des jeunes médecins libéraux a fait l'objet de six amendements du projet de loi de financement de la Sécurité sociale ...20

Déserts : plus d'un Français sur deux en « zone prioritaire », les nouvelles règles du zonage au JO

Zonage

Marisol Touraine avait lancé la révision du zonage et une refonte de la méthodologie pour doubler la population couverte par les... Commenter

Lombalgie : « le bon traitement, c'est le mouvement », clame la campagne de la CNAM

Lombalgie

TV, web, Facebook, appli mobile... Aucun écran n’échappera à la campagne nationale que lance l'Assurance maladie sur la lombalgie aiguë... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir