Vade mecum - Les réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

Vade mecumLes réflexes à acquérir, les mauvaises habitudes à bannir

10.08.2010

• Récupérez. Après avoir assurer la garde tout le week end sur votre secteur, vous n’êtes pas au mieux de votre forme. Prenez votre lundi matin pour dormir.

• Ecoutez. Sur une consultation de 16 minutes en médecine générale, le patient n’aurait que 30 secondes en moyenne pour exposer son problème. Il faut lui laisser le temps d’exprimer ses doléances et hypothèses.

• Expliquez. « Le temps passé à expliquer vous permettra d’éviter bien des déboires. » Ne pas hésiter à expliquer au patient les symptômes et l’évolution prévisible de sa pathologie ou à relire avec lui une ordonnance.

• Anticipez. Vérifiez que vous avez-vous toujours le matériel et les médicaments non périmés pour faire face aux urgences majeures ? Anticipez des évènements rares, mais dramatiques du type chocs anaphylactiques.

• N’improvisez pas. « Travaillez sans connaître à l’avance le nombre de personnes que vous allez voir, ni le type de pathologies que vous allez rencontrer peut constituer une source d’erreurs. » Pourquoi ne pas instituer des consultations sur rendez-vous ?

• Communiquez. En cabinet de groupe, tenir à jour un cahier de transmission entre les différents collaborateurs (internes, remplaçants, associés, secrétaires) et organiser des réunions périodiques de « sécurité patients ».

• Coordonnez. Pour bien coordonner les soins, il faut se poser des questions dont la réponse peut paraître évidente : comment vous sont communiqués en urgences les résultats de biologie ou de radiologie anormaux ? quels sont les délais de rendez-vous et les tarifs des spécialistes correspondants ?

• Notez vos erreurs. Prenez l’habitude de relever dans un carnet tous les incidents qui surviennent dans votre pratique. Puis procédez seuls ou dans le cadre d’un groupe de pairs à leur analyse.

• Acceptez la critique. Écoutez « avec bienveillance » les retours critiques des pharmaciens et des autres professionnels de santé et remerciez-les.

• Remettez en cause des avis. « Nous avons parfois des difficultés à contredire un médecin en situation hiérarchique forte. » N’hésitez pas à remettre en cause certaines affirmations d’un spécialiste.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Grand debat

Grand débatLes généralistes ont aussi des choses à dire

Le 15 mars a sonné la fin du Grand débat national lancé en réponse au mouvement social des Gilets jaunes. À l’occasion de cette concertation, l’institut Odoxa, en partenariat avec le groupe Nehs...Commenter

Notation des médecins : l’UFML-S veut mettre fin aux avis anonymes sur Google

Tablette

Google est-il vraiment votre ami ? La question peut se poser quand, en quelques clics, l’un de vos patients — ou un parfait inconnu — peut... 1

Manque de temps, rémunération, sécurité... ce qui freine les généralistes à faire des gardes

Agenda

En parallèle de la publication de son rapport annuel sur la permanence des soins ambulatoire (PDSA), l'Ordre des médecins a commandé à... 2

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir