Cette histoire aurait-elle pu vous arriver ? - L’affaire du frottis oublié

Cette histoire aurait-elle pu vous arriver ? L’affaire du frottis oublié

10.08.2010

Le cas clinique : Mme G., 32 ans , est suivie régulièrement au cabinet pour des pathologies banales. A l’occasion d’un examen gynécologique de routine, le 28 juillet, vous pratiquez un frottis cervico-utérin de dépistage envoyé par vos soins au laboratoire d’anatomopathologie avec lequel vous avez l’habitude de travailler. Mme G. va retirer et payer son examen cinq jours plus tard. Le compte-rendu précise « … frottis normal, quelques cellules … à recontrôler « . La patiente revient un an plus tard. Vous sortez son dossier et vous réalisez que le compte rendu de frottis de juillet a été rangé dans le dossier, mais que vous n’avez pas recontacté la patiente. Cette dernière pensait que vous l’auriez appelée si le frottis avait été vraiment anormal. Vous lui faites un frottis de contrôle et vous croisez les doigts pour que l’histologie ne soit pas aggravée.

Le commentaire: Les auteurs ont soumis ce cas clinique ainsi, que d’autres, à 100 généralistes de toute la France. 76% disent que cette histoire aurait également pu leur arriver. Comment peut survenir ce type d’erreur finalement assez banal ? Les praticiens interrogées lisent majoritairement (82%) « toujours attentivement tous les résultats qui leur parviennent » et « insistent quand ils n’ont pas eu de réponse du patient » (56%). En revanche, moins de la moitié (45%) « recontactent systématiquement tous les patients qui ont des résultats à recontrôler » et « ont une liste des appels à faire » (45%). Cet éventuel retard de diagnostic aurait pu arriver aux généralistes du panel, parce qu’ils auraient « lu trop vite le compte-rendu en se limitant à l’absence de pathologie franche » (48% de oui), parce qu’ils comptaient sur « la patiente puisqu’elle avait elle aussi le résultat » (70% de oui) ou enfin parce que « la période des vacances est propice à la négligence sur le courrier » (57% de oui).

Ce cas clinique est extrait de "La sécurité du patient en médecine générale"
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir