Université - Bilan mitigé pour le stage de second cycle en médecine générale

UniversitéBilan mitigé pour le stage de second cycle en médecine générale

29.07.2010

Selon le CNGE, la quasi-totalité des facultés proposent désormais aux externes une immersion au cabinet du généraliste. Mais la durée demeure variable -de quelques jours à quelques mois- et tous les carabins sont encore loin d’en bénéficier. La faute à qui ? Au manque de moyens, martèlent les enseignants généralistes !

  • Bilan mitigé pour le stage de second cycle en médecine générale - 1

    Bilan mitigé pour le stage de second cycle en médecine générale

Pour le stage de second cycle, ce n’est pas gagné ! Quoique rendu obligatoire par l’arrêté du 18 juin 2009, ce stage d’externe au cabinet du généraliste est encore proposé dans des conditions très hétérogènes selon les facs. Pour la première fois, le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) a en effet procédé à un recensement exhaustif de l’état des lieux selon les UFR de médecine générale. Premier constat: ce stage est désormais mis en place pratiquement dans toutes les facs. Seule celle Bordeaux a suspendu ce stage à l’occasion de la mise en place du format LMD, et Rouen, par manque d’effectifs d’enseignants en médecine générale, a ajourné cette proposition pour la rentrée prochaine. Dans les 32 autres départements de médecine générale, un stage de second cycle est donc proposé. Mais seules 17 respectent la durée prévue pour le stage : trois mois à mi-temps, six semaines à temps plein ou 60 demi-journées programmées sur trois mois. Dans toutes les autres facs, le stage de second cycle s’étale donc sur une durée moins longue que la durée officielle*: de quelques jours seulement, jusqu’à environ deux mois.

C’est le cas, même à Toulouse (4 à 6 semaines de stages à mi-temps, tout de même) qui fait figure de bon élève pour le stage de second cycle, puisqu’elle fait partie des 11 facs à proposer une immersion en médecine générale à tous ses externes. Hormis Nancy, les autres facultés qui envoient 100% des étudiants de second cycle chez le généraliste leur proposent en fait un stage de découverte, de durée très courte qui va de deux jours (Poitiers) à deux semaines (Limoges).

En résumé, une bonne nouvelle: le stage de second cycle est proposé dans la quasi-totalité des facultés désormais. Et une mauvaise: les facs qui organisent ce stage, soit ne parviennent pas à en respecter la durée, soit ne réussissent pas à le proposer à tous leurs externes. La généralisation est en cours, mais avec les moyens du bord. Dans son enquête, le CNGE rapporte que «beaucoup de départements de médecine générale» mentionnent, soit la lourdeur d’organisation, faute de généralistes enseignants en nombre suffisant, soit la difficulté de recruter des maîtres de stage, soit les réticences des étudiants à accpeter des lieux de stage éloignés de la ville de CHU. Et face à l’adversité, plusieurs facs songent même à revenir en arrière: c’est, semble-t-il, le cas à Lille où l’on s’apprête à arrêter le stage en second cycle, « faute de projets visant à permettre la nomination d’enseignants universitaires associés.»

Dans ces conditions, le bureau du CNGE estime «raisonnable» qu’une proportion de 10 à 50% des étudiants, puissent, selon les facultés, bénéficier de ce stage. « Il sera difficile d’aller plus loin, si des mesures ne sont pas adoptées,» prévient le CNGE. Parmi celles-ci, le Collège réclame bien évidemment la création de nouveaux postes de professeurs en médecine générale et de maîtres de stage.

*• Stages de durée longue mais moindre que la durée réglementaire : Angers, Marseille, Nancy, Nice, Rennes et Toulouse.

• Stage de durée courte (de 2 jours à 2 semaines): Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille catho, Limoges, Montpellier, Poitiers, St Etienne, Strasbourg,

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir