Un film, des médecins - Dino Risi, de la psychiatrie au cinéma

Un film, des médecinsDino Risi, de la psychiatrie au cinéma

07.07.2010

Dino Risi aurait pu être un éminent praticien. Né dans le sérail médical, toute sa jeunesse fut partagée entre l’amour de la médecin et celui du cinéma.

  • Le film qui a fait de Vittorio Gassman un monstre sacré

    Dino Risi, de la psychiatrie au cinéma

Son meilleur ami, le fils du Consul de Grèce, lui avait dès l’âge de dix ans inoculé le virus du cinéma en lui donnant une carte qui lui permettait de rentrer gratuitement dans tous les cinémas milanais. Pourtant, il s’en fallut de peu , dix lires exactement, pour que Dino Risi, devenu un adolescent mélancolique ne mette fin à ses jours. Le pistolet coûtait 80 lires et il n’en avait que 70 en poche… Deuxième rencontre importante, celle du metteur en scène Alberto Lattuada qui acheva de le convertir au cinéma en lui proposant de devenir son assistant sur le tournage du « Mariage de minuit ». Durant la guerre qu’il ne fit pas, une hépatite l’empêchant de rejoindre le front, Risi qui signait les chroniques cinématographiques dans diverses gazettes locales poursuivit ses études de médecine à Genève, y faisant la connaissance d’autres réfugiés appelés à devenir célèbres : Franco Brusati (le futur réalisateur de Pain et chocolat) et Giorgio Strehler, ainsi que de sa future épouse, Claudia, une fille de médecin elle aussi…

Des contes cruels et drôlatiques

Insensiblement, Risi va se tourner vers les lumières de ce Cineccita qui l’attire de plus en plus. Quelques documentaires, un scénario pour Alberto Lattuada et la rencontre avec le producteur Carlo Ponti, ci-devant époux de Sophia Loren, voilà Risi devenu metteur en scène. Il signe des premiers films très dispensables : « Vacanze col gangster» (1952), « Vialle della speranza » (1953) et le troisième volet de la trilogie « Pain, amour … » avec Sophia Loren plus kitsch que jamais. En fait, il faudra attendre 1960 et « L’Homme aux cent visages» pour voir le talent de l’ex-psychiatre enfin consacré. Ce film marqua aussi la première collaboration entre Risi et celui qui allait devenir son acteur fétiche : Vittorio Gassman, un monstre sacré qui va bientôt devenir un monstre tout court dans ce qui reste l’un des plus emblématiques film de la comédie italienne, si florissante au détour des années 1960. Mais avant Les Monstres, les succès se sont déjà accumulés : « Une vie difficile» (les désillusions d’un journaliste), « La Marche sur Rome» (formidable satire du fascisme) et, surtout, « Le Fanfaron» (1962), autant de contes cruels et drôlatiques, hilarants mais aussi désabusés, à l’image de l’Italie cynique de l’après-guerre portés par quatre acteurs d’exception : Vittorio Gassman, Nino Manfredi, Ugo Tognazzi et Alberto Sordi.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

Infirmière en pratique avancée : la profession dénonce un dispositif trop « hospitalier » et rectifie le décret

D'ici quelques jours, le ministère de la Santé devrait remettre aux syndicats de médecins une nouvelle version du décret encadrant les Infirmières en pratique avancée (IPA). Fustigée par l'ensemble...1

Épidémie de rougeole, où en est-on ?

Virus de la rougeole

On en parle moins, cependant l'épidémie de rougeole sévit toujours en Fance, puisque d'après le dernier bulletin hebdomadaire publié hier... 1

Agnès Buzyn, femme politique la plus influente du premier trimestre 2018

Agnès Buzyn

Stratégie de transformation du système de santé, plan prévention, financement des Ehpad… Depuis le début de l'année, Agnès Buzyn est sur... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir