Eté 2010 - Les ARS chefs d’orchestre des plans canicule

Eté 2010Les ARS chefs d’orchestre des plans canicule

05.07.2010

Roselyne Bachelot a reçu le 1 er juillet les patrons des ARS. Elle demande que plus de 90 % des lits d’hospitalisation soient ouverts en juillet, août et septembre. La ministre a signifié aux directeurs d’Agences qu’elle comptait sur eux en cas de canicule. Elle a répété que les médecins libéraux demeurent dispensés de déclaration de congés cet été. Mais attention! En cas de forte chaleur les réquisitions pourraient refaire leur apparition...

  • Les ARS chefs d’orchestre des plans canicule - 1

    Les ARS chefs d’orchestre des plans canicule

Les directeurs des agences régionales de santé (ARS) à l’œuvre depuis le mois d’avril vont-ils se comporter en « préfets sanitaires », comme l’ont toujours redouté les opposants à la loi Bachelot ? On devrait le savoir avant la fin de l’année car les ARS seront en première ligne dans le plan canicule. « La nouveauté du plan canicule, pour 2010, c’est le rôle déterminant qu’assumeront désormais les ARS dans ce dispositif » a indiqué Roselyne Bachelot à la presse le 1er juillet après avoir réuni les directeurs des 26 agences. Un exercice « canicule » a d’ailleurs eu lieu le 16 juin dernier dans les ARS qui se sont « organisés en interne autour d’une plate-forme de veille sanitaire » a précisé le Pr Didier Houssin, directeur général de la Santé.

Les ARS assureront en effet la veille, comme prévu dans la loi HPST. Mais surtout, elles seront responsables de garantir la permanence et la continuité des soins. Une priorité pour la ministre de la Santé qui garde bien évidemment en mémoire le drame de la canicule de 2003 mais aussi les couacs des vacances de Noël de 2008. Du coup, le ministère a annoncé que 95 % en moyenne des lits d’hospitalisation seront ouverts en juillet, 90 % en août et 97 % en septembre. « Les ARS veilleront à organiser la réflexion de manière anticipée avec les différents établissements et à coordonner les programmes d’ouverture de lits » a précisé Roselyne Bachelot. En cas de crise, des plans blancs peuvent être déclenchés.

Tout ceci n’est, à vrai dire, pas nouveau. En revanche, les ARS devront également veiller à la permanence des soins en ville pendant la période estivale. Vendredi dernier, Roselyne Bachelot avait annoncé au congrès de médecine générale de Nice qu’elle ne publierait pas le décret d’application de la disposition de la loi HPST qui prévoyait que les médecins libéraux auraient dû déclarer leurs dates de congés aux conseils départementaux de l’Ordre. Cependant devant la presse, la ministre a déclaré : « la continuité des soins, c’est l’articulation entre les soins de ville et l’hôpital. Il est important que la permanence des soins soit également maintenue. De ce point de vue, je fais confiance aux médecins généralistes pour s’organiser et apporter la réponse adaptée dans chaque territoire de santé ». L’Ordre devrait néanmoins avoir un rôle à jouer, même si celui-ci reste encore flou. « Le Conseil de l’Ordre pourra intervenir, le cas échéant, pour aider les médecins à mieux se coordonner » a dit Roselyne Bachelot ce jeudi. La semaine dernière, elle avait indiqué qu’elle confierait prochainement à l’Ordre des médecins la mission de « repérer les territoires et les périodes où la continuité des soins risque de ne pas être assurée, afin de trouver, avec les médecins concernés et les pouvoirs publics, les réponses les plus adaptées ». « Nous déterminerons ensemble les modalités de ce dispositif » avait-elle précisé.

Les directeurs d’ARS pourront « s’appuyer sur les CODAMUPS pour organiser la permanence des soins ambulatoire » a ajouté jeudi matin, Annie Podeur, la directrice générale de l’offre de soins (DGOS). Et en cas de canicule avérée, « le dispositif de pds pourra être renforcé par le directeur de l’ARS » qui pourrait alors très bien demander au préfet de réquisitionner des généralistes. Cet été s’annonce donc bien comme une période de test. Les capacités de dialogue avec les professionnels des directeurs d’ARS seront mises à l’épreuve en cas de canicule. Et les médecins libéraux ne devront pas être pris en défaut de continuité des soins. On se souvient qu’après la crise de 2003, certains hospitaliers n’avaient pas hésité à montrer du doigt la médecine de ville, accusée d’avoir déserté le navire. Au moindre incident un peu médiatisé, les déclarations de congés pourraient alors faire leur retour.

Véronique Hunsinger
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 6

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir