Généralistes en colère - Après la grève, MG veut transformer l’essai

Généralistes en colèreAprès la grève, MG veut transformer l’essai

19.06.2010

La journée des «généralistes en colère» de vendredi a été suivie par 30 à 40% de la profession, selon MG France. Dans la foulée, le syndicat planche ce week-end sur ses thématiques de campagne. Il compte mettre l’accent sur trois points : conditions de travail, relations avec les autres spécialités et organisation des soins. Un comité directeur du syndicat se déroule samedi 19, suivi d’une assemblée générale extraordinaire dimanche 20 juin.

  • Après la grève, MG veut transformer l’essai - 1

    Après la grève, MG veut transformer l’essai

La journée de grève des généralistes avec fermeture des cabinets pour réclamer des moyens pour la médecine de proximité a été suivie vendredi par 30 à 40% de la profession qui aurait fermé leur cabinet, selon MG France... et par 6,5% d'entre eux, selon le ministère de la Santé qui, les fois précédentes, avait été quand même plus généreux dans ses estimations. «Non à l’humiliation de la médecine générale»: à Lyon ils étaient 200 selon les organisateurs (120 selon la police) à manifester de 10h à 12h, pour exprimer leurs craintes et expliquer leurs revendications auprès de la population. Emmenés par Florence Lapica, tête de liste MG Franc en Rhône Alpes, ils ont défilé de la gare de Part Dieu à la préfecture. Ils ont été reçus par une représentante du préfet et par le directeur de l’ARS Denis Morin. A Montreuil (Seine-Saint-Denis) le pique-nique devant le siège de cnamts a rassemblé cinquante à cent praticiens, et le directeur général de la Caisse, Frédéric Van Roekeghem est descendu saluer les responsables syndicaux présents, et notamment Jean-Paul Hamon (Union Généraliste) et Claude Leicher (MG France). Les manifestants arboraient casquettes et tee-shirts blancs et déployaient des banderoles: «Médecins en colère», «Médecins en grèves» ou encore «Suppression de l’ordonancier bizone», allusion évidente au cas du Docteur Didier Poupardin de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), en conflit avec sa Caisse sur les ALD, et qui doit être jugé en septembre. Comme à Paris et à Lyon, une dizaine de rassemblements se sont déroulés vendredi, à l’appel de cinq syndicats (MG France, SMG, SNJMG, UC et UGé) : pique-nique devant la cpam du Morbihan, manifestation devant le siège de l’ARS à Bordeaux ou devant la cpam de Toulouse,...

AG extraordinaire après la Journée des «généralistes en colère»

Au lendemain de cette journée d’actions, le syndicat de Claude Leicher continue de surfer sur la vague de mécontentement. En effet, ce samedi, MG France réunit son comité directeur qui doit approuver les trois thématiques de campagne pour les élections de septembre aux URPS. La première concerne les conditions de travail et la rémunération des généralistes. « Une fois que le droit à la cotation en Cs sera effectif, nous allons pouvoir réfléchir à la diversification des modes de rémunération, explique Claude Leicher, président de MG France. Nous voulons développer une nouvelle rémunération forfaitaire complémentaire au paiement à l’acte et basé sur le médecin traitant. Celle-ci peut être éventuellement modulable ». Ce qui correspond plus ou moins à une extension du forfait ALD qui concerne moins de 6 % des patients. En outre, MG France demande la généralisation du médecin traitant pour tous les assurés, dès la naissance. Les relations avec l’Assurance-maladie font aussi partie du programme, alors que MG France estime qu’elles ont de plus en plus tendance à se dégrader. « Pour ne donner qu’un seul exemple, dit Claude Leicher, des médecins traitants se voient en ce moment reprocher le fait que leurs patients n’ont pas renvoyé le formulaire de médecin traitant et la CPAM leur demande à eux de rembourser des indus versés aux patients ».

Le deuxième thème est plus neuf : MG France veut réfléchir à la manière d’améliorer les relations avec les autres spécialités. « Nous avons conscience que le dispositif de médecin traitant a pu déstabiliser certaines spécialités, juge le président de MG France. Nous voulons que notre rôle de médecin traitant soit reconnu par les autres spécialités, comme nous sommes prêts à reconnaître la nécessité de la valorisation de celui de consultant ».

La troisième thématique concerne l’organisation des soins. « On se rend bien compte qu’on ne peut pas faire des maisons de soins partout, explique Claude Leicher. C’est pourquoi nous défendons l’idée d’équipe de soins de premier recours pour que tout le monde puisse travailler ensemble. Il vaut mieux que la profession s’empare de la problématique de l’accès aux soins sur tout le territoire, plutôt que de laisser l’État écrire tout seul des schémas régionaux ». Ces trois thématiques sont discutées toute la journée de samedi en comité directeur avant l’assemblée générale extraordinaire de dimanche. Les listes des candidats de MG France pour les élections sont quasi bouclées.

V.H.
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 15

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 3

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir