Politique - Trois ans de ministère de la Santé pour Roselyne Bachelot

PolitiqueTrois ans de ministère de la Santé pour Roselyne Bachelot

18.05.2010

La ministre célèbre le mardi 18 mai, ses 1 095 jours avenue de Ségur. Une longévité rare à ce poste, accompagnée d’un bilan non négligeable, mais qui découvre une Roselyne Bachelot, politiquement convalescente, en baisse dans les sondages, et qui a encore du mal à se remettre de la crise de la grippe A.

  • Trois ans de ministère de la Santé pour Roselyne Bachelot - 1

    Trois ans de ministère de la Santé pour Roselyne Bachelot

18 mai 2007-18 mai 2010 : Roselyne Bachelot fête aujourd’hui ses trois ans au ministère de la Santé. Un anniversaire que peu de ses prédécesseurs ont pu célébrer avant elle : hormis Martine Aubry, Claude Evin et Simone Veil, mais avec des périmètres d’action différents et davantage portés sur la santé et le social. Roselyne Bachelot est en effet la première à associer la santé et les sports dans un même portefeuille, même si elle est secondée dans cette deuxième mission par un secrétaire d’État : aujourd’hui Rama Yade, hier Bernard Laporte. Pour l’heure, le bilan de Roselyne Bachelot reste presque surtout marqué par la loi HPST. Une loi « Hôpital, patients, santé et territoires » dont la copie a été plusieurs fois amendée, notamment pour faire droit aux réclamations des hospitaliers. On en retiendra notamment la mise en place des ARS : des agences régionales de santé qui viennent de se mettre en place et devraient bouleverser le paysage sanitaire français. Roselyne Bachelot aura aussi donné une nouvelle direction à l’obligation de FMC, via la mise en place du DPC : un Développement Professionnel Continu dont le démarrage officiel est prévu pour 2012 et qui devrait emprunter à la fois à la FMC et à l’évaluation des pratiques.

En positif, on citera le passage du C des généralistes à 22 euros en août 2007, suivi des 23 euros au 1er janvier 2011. En négatif, un accord mort-né sur le secteur optionnel, dont la ministre de la Santé n’a jamais caché qu’il ne lui convenait guère, et d’une manière générale un surplace impressionnant sur la vie conventionnelle, qui conduit aujourd’hui à la promulgation d’un « règlement conventionnel arbitral » jusqu’aux prochaines élections professionnelles prévues pour septembre.

Hors convention, les « années Bachelot » sont aussi celles du Capi pour lequel plus de 14 000 généralistes ont opté. Même si le maître d’œuvre est la CNAMTS, et si l’avenue de Ségur semble réticente à la généralisation du dispositif, c’est quand même le ministère de la Santé qui a donné un cadre législatif à cette option qui pour la première fois rémunère les médecins traitants au résultat et sur la base d’objectifs de santé publique ou de maîtrise des dépenses.

La santé selon Roselyne Bachelot, c’est aussi la gestion des crises sanitaires : elle a hérité du scandale des surirradiés d’Épinal dont elle s’est plutôt bien sortie. En revanche, elle a buté sur la gestion d’une épidémie de grippe A H1N1 moins sévère que prévue et pour laquelle elle a commandé 94 millions de doses de vaccins, dont l’immense majorité n’a pas servi. À cause de cela sans doute, Roselyne Bachelot -en baisse dans les sondages- apparaît dans une situation politique infiniment plus délicate que lors de son emménagement avenue de Ségur. En avril, elle était encore en baisse dans deux instituts de sondage : IFOP et Opinion Way. Selon le baromètre Métro/Opinion Way qui évalue la perception de l’action de chaque ministre, la ministre de la Santé ne recueille plus que 32 % de « satisfaits » ou « très satisfaits » et perd sept points par rapport au mois précédent : son plus bas niveau depuis qu’elle est entrée au gouvernement. Mission Legmann, mission Briet, mission Hubert : la ministre de la Santé pâtit peut-être d’un mois d’avril qui l’a trouvé un peu marginalisée de la scène gouvernementale.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 3

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir