Étude « Interphone » - Le lien entre portable et risque de gliome constaté mais pas expliqué

Étude « Interphone »Le lien entre portable et risque de gliome constaté mais pas expliqué

18.05.2010

Commencée en 2000, l’étude Interphone qui visait à comprendre les liens entre usage du téléphone portable et apparitions de tumeurs cérébrales vient enfin d’aboutir à ses conclusions. Mais les résultats publiés mardi dans l’International journal of Epidemiology ne vont pas mettre de terme aux polémiques. Les chercheurs ont constaté dans 13 pays un sur-risque de gliomes et de méningiomes chez les utilisateurs. Mais le rapport de cause à effet n’est pas établi pour autant.

  • Le lien entre portable et risque de gliome constaté mais pas expliqué - 1

    Le lien entre portable et risque de gliome constaté mais pas expliqué

L'étude Interphone, la plus vaste menée à ce jour sur les risques liés à la téléphonie mobile, ne conclut pas à un risque accru de cancer pour les utilisateurs de téléphones portables, tout en estimant que, vu l'explosion de l'usage des portables, il faut la poursuivre. Publié mardi dans l’International journal of Epidemiology, l’étude pilotée par le Centre international de recherche sur le cancer (le CIRC, une émanation de l’OMS) refuse toute conclusion définitive. « L'étude ne met pas en évidence un risque accru, mais on ne peut conclure qu'il n'y a pas de risque, car il y a suffisamment de résultats qui suggèrent un risque possible » a indiqué à l'AFP le Dr Élisabeth Cardis, chercheur principal de ce travail. Ces résultats collectés depuis 2000 dans 13 pays (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Suède) mettent en évidence un risque de gliome de 40 % supérieur et un risque de méningiome de 15 % supérieur pour les personnes déclarant une utilisation fréquente et habituellement du « même côté de la tête que la tumeur ». Cependant « les biais et les erreurs limitent la force des conclusions » et « empêchent d'établir une interprétation causale ».

L’étude a porté sur 2 708 cas de gliome et 2 409 cas de méningiome, 1 100 neurinomes de l'acoustique et 400 tumeurs de la glande parotide, comparés à des cas témoins sains, de 30 à 59 ans. La majorité des sujets n'étaient pas des utilisateurs intensifs du téléphone, avec un temps médian de 2 heures à 2 h 30 par mois. Les plus gros utilisateurs (10 % du total) l'utilisaient en moyenne une demi-heure par jour. Au fil des années, des résultats partiels avaient été communiqués, pays par pays. L'étude française, publiée en octobre 2007, faisait ainsi apparaître la « possibilité d'une augmentation » du risque de gliome pour les forts utilisateurs de téléphones mobiles -par exemple, indiquait-on, ceux qui parlent plus de 5 minutes par appel-, mais avec une marge d'erreur très importante, du fait d'un petit échantillon. Les résultats en Israël faisaient apparaître une augmentation du risque significative pour les tumeurs de la glande parotide, mais là encore le groupe étudié était très limité et on suggérait des « investigations supplémentaires » sur davantage d'utilisateurs intensifs.

En 2008, les données des pays scandinaves et d'une partie du Royaume-Uni faisaient apparaître « un risque de gliome significativement accru » pour une utilisation de portables pendant dix ans ou plus du côté de la tête où la tumeur s'était développée. Mais il pouvait s'agir, disait-on, aussi bien d'un rapport de cause à effet que d'un artefact lié à un problème de mémorisation, les personnes devant se souvenir de communications datant de plusieurs années.

Les chercheurs constatent que depuis le début de l'enquête l'utilisation du téléphone portable était beaucoup plus répandue. Cette explosion des usages est toutefois tempérée par une diminution des émissions et l'utilisation croissante des textos et des kits mains-libres. Ainsi, le Dr Christopher Wild, directeur du Circ, estime souhaitable de poursuivre l'étude, du fait de l'évolution de l'utilisation des téléphones. Le Pr Elizabeth Cardis, chercheur principal, a rappelé qu’Interphone ne couvrait pas les jeunes, et qu'un nouveau projet, Mobikids, était en cours pour étudier le risque de tumeurs cérébrales des enfants et des adolescents.

V.H. avec AFP
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Harcèlement

86 % des internes victimes de sexisme, 1 sur 10 de harcèlement sexuel

L’heure est à la dénonciation des comportements sexistes et du harcèlement, mais les internes en médecine n’ont pas attendu l’affaire Weinstein pour s’en préoccuper. En septembre dernier, l...4

Thyrofix, une cinquième spécialité à base de lévothyroxine disponible dès décembre

Pharmacie

Après le Lévothyrox, l’Euthyrox, la L-Thyroxin Henning, et L-Thyroxine Serb en gouttes voilà le Thyrofix. Dans un communiqué publié ce... 6

Le Sénat a peu retouché le PLFSS 2018 qui sera soumis au vote mardi

Sénat

En attendant le vote solennel de mardi, les sénateurs ont bouclé l'examen en première lecture du projet de loi de financement de la... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir