Santé publique - Le bilan de santé satisfaisant des Français

Santé publiqueLe bilan de santé satisfaisant des Français

07.05.2010

Cocoricco ! Six ans après leur promulgation, les 100 objectifs posés en 2004 ont constitué un réel progrès pour la santé publique dans l’Hexagone. Selon le Haut Conseil de la Santé Publique qui délivre ce constat, près de la moitié des objectifs qui ont pu être évalués en 2009 ont en effet étét atteints. Les Français se portent mieux qu’en 2004. mais il y a encore beaucoup de marge de progression.

  • Le bilan de santé satisfaisant des Français - 1

    Le bilan de santé satisfaisant des Français

Des résultats encourageants, mais peut mieux faire... Ainsi pourrait-on résumer le constat du rapport qui a été remis à Roselyne Bachelot par le Pr Roger Salomon sur l’atteinte des objectifs de santé publique fixés par la loi de 2004. On fume moins en France aujourd’hui, la route tue moins qu’il y a cinq ans, on hospitalise moins pour crise d’asthme ou pour ostéoporose, on dépiste beaucoup plus largement les cancers du sein et du colon. Le rapport rédigé par le Haut conseil de la santé publique montre aussi une tendance à la baisse du suicide, notamment chez les personnes âgées et dans une moindre mesure chez les adolescents et les jeunes adultes. Ces premières années du XXIème siècle correspondent aussi à une baisse de la mortalité par cardiopathies ischémiques et hypercholestérolémies. Même chose pour la stabilisation de l’insuffisance rénale chronique qui était un des objectifs de la loi imaginée par Jean-François Mattéi, mais qu’il n’a pas eu loisir de faire voter lui-même.

C’est mieux aussi pour ce qui concerne les risques environnementaux, Trois des huit objectifs qui avaient été fixés ont en effet connu une évolution favorable mesurable en matière de pollution atmosphérique urbaine, pollution industrielle et saturnisme infantile. Enfin, satisfecit mérité également pour les risques liés aux soins: les infections nosocomiales sont en régression depuis 2004 et les effets indésirables liés aux médciaments n’ont pas augmenté.

Globalement, cette loi d’orientation en santé publique qui posait pour la première fois 100 objectifs à atteindre en cinq ans est donc parvenue à améliorer la santé publique, et partant l’état de santé de nos concitoyens. Les experts estiment ainsi qu’environ la moitié des objectifs de la loi ont été globalement ou partiellement atteints. Encore cette proportion ne vaut-elle que pour un peu plus de la moitié des indicateurs considérés comme mesurables : sur les 56 réellement évalués, 10 peuvent donc être considérés comme atteint et 13 partiellement. Nombreux sont donc les objectifs sur lesquels on ne peut pas se prononcer, soit parce qu’il n’était pas accompagné d’indicateurs précis, soit parce que les indicateurs en question se sont avérés impossibles à mesurer. Difficile par exemple d’évaluer les progrès dans la prise en charge de l’Alzheimer ou pour la plupart des objectifs touchant à la santé mentale. Même difficulté de mesure s’agissant de la qualité de vie des patients.

Reste des objectifs mesurables et mesurés, mais sur lesquels la tendance n’est pas bonne. Bilan en demi-teinte s’agissant de la consommation d’alcool par exemple, Même constat négatif concernant les infections sexuellement transmissibles. Et «la surveillance du diabête demeure insuffisante et ses complications trop fréquentes», bien que les experts soulignent tout de même «une tendance favorable sur la prise en charge de cette pathologie.

Au total, malgré ces points noirs, les experts estiment que «ce premier exercice montre des résultats encourageants et doit être poursuivi.» Mais le Haut conseil de la santé publique estime qu’il faut maintenant s’atteler à améliorer les indicateurs et la façon de les mesurer. Message bien reçu apparemment par Roselyne Bachelot qui évoque désormais une prochaine loi en santé publique. Dans un communiqué, le ministère de la santé promet que ce sera «une loi resserrée, qui structurera le cadre d’action des politiques de santé publique afin de le rendre plus efficace.»

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
hôpital

Les hôpitaux publics rejettent la faute de leur déficit sur les médecins de ville et les mettent en colère

La Fédération hospitalière de France (FHF, hôpitaux publics) a déclenché une polémique, ce lundi, en annonçant que les établissements « devraient connaître un déficit historique de 1,5 milliard d...3

Violences obstétricales : « Les propos de Marlène Schiappa ont été inacceptables ! », selon le Pr Bernard Hédon

Hédon

Cet été, les gynécologues ont été particulièrement « attaqués » par des paroles agressives, jusqu’à qualifier certaines de leurs pratiques... Commenter

Vaccination, l’INSERM s’en mêle

vaccins

« L’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins qui deviendront obligatoires en France sont scientifiquement prouvées. » Dans une note publiée... Commenter

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir